Génocide des Tutsis: les années de faillite de la justice française

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce n’est pour l’heure qu’une promesse. Mais elle sonne comme un aveu. Le 5 avril 2019, Emmanuel Macron a promis que la justice française allait enfin être dotée – 25 ans après le génocide des Tutsis du Rwanda – des moyens nécessaires pour que les personnes vivant en France et suspectées de génocide, de complicité de génocide, de crime contre l’humanité ou de complicité de crime contre l’humanité « puissent être jugées dans un délai raisonnable ».