Die Linke s’éloigne un peu plus du SPD

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Berlin (Allemagne), de notre correspondant.-  Après le Grec Alexis Tsipras ou l’Espagnol Pablo Iglesias les années précédentes, le bon esprit du congrès de Die Linke, qui s’est tenu du vendredi 9 au dimanche 11 juin dans la banlieue de Hanovre, était cette fois Jeremy Corbyn, le leader travailliste britannique, presque tombeur de Theresa May : « Le résultat des élections anglaises montre que des surprises sont possibles […] Qui aurait cru à la remontée de Corbyn, il y a quelques semaines […] Le succès de Corbyn est le succès d’une vraie alternative sociale face au courant dominant libéral. Cela montre que nous pouvons gagner une élection avec des sujets sociaux classiques, par exemple en proposant de réhabiliter le système de protection sociale », s’est réjouie l’intransigeante Sarah Wagenknecht, vedette de l’aile gauche du parti et co-tête de liste aux côtés d’un Dietmar Bartsch plus prêt au compromis que sa camarade.