Birmanie 2/5. L’extrême-bouddhisme menace les musulmans

Par
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Tous les commentaires

L'aura ou l'aura pas ? Clin d'œil

Tapis rouge de Hollande pour le président birman...

http://www.humanite.fr/monde/tapis-rouge-de-hollande-pour-le-president-birman-546069

… sans féodalisme et serfs pourquoi pas Innocent

ça c'est ce qui court… la réalité est un accord avec la Chine pour le bouddhisme (inexistant en Europe et donc difficilement compréhensible pour nous) depuis l'introduction du Bouddhisme en Chine Xè-XIIè. De plus le Tibet contient les sources des grands fleuves de l'Asie de l'est (Mekong et Chang Yiang), soit la culture du riz et la bouffe quotidienne de millions de personnes en dépend.

Napoléon ? ce n'est pas ce petit enculé qui a rétabli l'esclave en 1802, pour les beaux yeux de sa salope Martiniquaise, et les petites combines d'un trou-du-cul nommé Talleyrand ? Pas chagrinée en fait, de devoir citer ce chapitre si médiocre, dans la belle Histoire que l'on nous conte à foison, où certains s'amusent comme des petits fous, à ne conserver que la meilleure part, celle qui cautérise les egos par ailleurs, si souvent en souffrance.

Cela dit, un type qui prévenait sa belle cochonne par courrier  de ne pas se laver parce qu'il n'allait pas tarder à revenir d'une campagne militaire dans 8 jours, avait forcément un pet au casque...De cela, au moins, il faut se faire une raison !

Ne pas s'étonner que la principale idole du jean-foutre à talonnettes et bon à rien, soit Bonaparte !Clin d'œil

Etre factuel même un court instant, ne fait pas de mal à la vérité vraie.

Non mais ? Allô quoi ?Clin d'œil

Ma pauvre!!!

Si ce sont là les seules choses que vous avez retenues au sujet de Napoléon.... ça craint! ("le pet au casque" dont vous parlez, je me demande qui l'a en réalité (Rositaamado ou Napoléon ?)

d'après ce que j'en lis, l'esclavage sous napoléon a été rétablit uniquement sous préssion des planteurs Antillais et avec la concurrence avec l'Angleterre.

il me semble aussi pour être juste que le 20 mars 1815, il supprima la traite des noirs ainsi que la vente des noirs sans aucune restrictions.

D'autre part, la "martiniquaise" était surtout victime au grand manifeste d'une époque assez dure où le racisme et la xénophobie était affichée sans complexe et où il se jouait des surenchère à qui était le plus malsain de ce côté là.

Il me semble que si vous voulez rétablir la vérité vraie, il faut vous renseigner au maximum sur votre sujet. Sinon, votre propos sera comme ici, contredit et il n'en restera que votre haine déraisonnée d'une personne en vous basant seulement sur ses origines ,ce qui était suffisant à l'epoque, mais qui de nos jours, ne passe plus du tout !

Brave Brigitte, essayez encore !, sur un malentendu vous pourriez décrocher un trait d'esprit, qui n'ait pas la consistance d'un pet d'esprit !Clin d'œil

VOUS NE VOUS ETES PAS DU TOUT FENDUE D'UNE EXPLICATION DE TEXTE!!!

Vous refaites exactement la même chose que la première fois : vous citez quelques faits, bien choisis par vous, uniquement dans l'intention de le dénigrer.

Vous semblez ne connaître de lui qu'une toute petite partie de sa vie et ne connaissez rien de l'homme qu'il était...

Est-ce que vous avez lu par exemple le "Journal secret de Napoléon", de Lo Duca, chez JJ Pauvert ? Non, bien sûr que non. Il commence à Al-Kahirat, en juillet 1798 et se termine à Passy le 1er janvier 1869.

Lisez-le. Après on verra si vous êtes encore capable de dire de telles choses sur lui!!!! (quoique votre vulgarité est telle que je doute de votre capacité à savoir lire et apprécier à sa juste valeur ce qu'il a écrit...)

Seibel a été sûrement trop écoeuré (e) pour vous répondre.

Oui, VOUS AURIEZ PU VOUS PASSER de "noircir" cet espace web car vous y avez finalement seulement dégueulé votre mépris des autres.

Quant à l'histoire de l'esclavage, même s'il a été aboli, cela n'empêche pas qu'il existe encore, sous d'autres formes; alors entre abolir ou instituer l'esclavage, finalement on n'y voit que du feu....

Bonne soirée.

Il va bien falloir un jour que les farfadets qui se mêlent de titiller les autres abonnés, avec des moyens de l'esprit d'un bulot, se rendent compte que ne point leur répondre fait partie de ces félicités, dont on a souvent bien tort de se priver.

Surtout que prendre langue avec un couillon, risque au passage de le rendre encore plus pénible, vu leur propension naturelle à  réutiliser pour des mauvaises causes, les mines qu'ils se prennent en pleine face, plus souvent qu'à  leur tour.

Cela dit, leur couche de stupidité étant souvent épaisse, il est commun de s'apercevoir que cette protection naturelle leur assure notoirement ad vitam aeternam, la tranquillité d'esprit qui sied au crétin fondamental.Clin d'œil

  • Nouveau
  • 17/07/2013 14:50
  • Par

C'est un souvenir ancien, je devais avoir 10 ans au plus, j'avais vu un film sur l'Inde où figurait un Hindou non violent qui endurait toutes les souffrances du monde devant les déchirements de son pays... non, pas Gandhi. C'est une image qui m'a choqué du haut de mes 10 ans et marqué pour la vie, cet Hindou craque à la fin du film, prend un fusil et tire sur tout le monde.

"...S'il y avait vraiment quelque chose de surnaturel dans l'histoire des religions, ce serait leur culot ."

                                                 extrait de " rire et colère d'un incroyant " auteur René Pommier

  • Nouveau
  • 17/07/2013 15:04
  • Par

Bonjour,

 

Monsieur Hollande est parfaitement cohérent avec sa politique, particulièrement celle menée au Mali.

Donc, rien d'étonnant à cet accueil

Ce Thein Sein  n'est pas la représentation philosophique du Boudhisme ...

Mais la diplomatie est là pour faire avancer le schmilblik

La Birmanie regroupe, en sus de la majorité birmane de souche, plus de 130 minorités ethniques avec leurs langues et leurs cultures propres. Elles forment près d'un tiers de la population et occupent plus de la moitié du territoire. Sept « races nationales » sont reconnues par le gouvernement : Shans, Môns, Karens, Karenni, Chins, Kachin (Jingpo), Rakhine (Arakan). L’hétérogénéité de cette population est à l’origine des nombreux problèmes intercommunautaires qu’a connus le pays, notamment les attaques des forces de sécurité infligées aux musulmans, les Rohingyas en particulier en 2012 devant un silence international35.

 

Ils doivent avoir un "front national"  ?

Cordialement

L'image que donnent les dignitaires des rekigions est parfois fabriquée sur du sable. Les religions sont les premières créatrices du story telling.... reprises souvent avec des gros bénéfices par leurs petites soeurs : La politique et Le Cinéma fiction.

Pourquoi se passeraient-ils d'une propagande qui a fait ses preuves pendant des millénaires ?

story telling in french : récit.

Mais Bouddha n'est pas un Dieu. J'ai vécu un an en Thailanded et jamais je n'ai vu que l'on se déchaussait pour entrer dans un Wat. J'y allais souvent à celui qui était prés de chez moi et j'en ai fréquenté beaucoup au c ours de mes voyages et études sur les muraux- les peinture murales- De rituels j'en ai vu mais tous relevaient de spécialités locales largement teintées de supersitition. Dans les wat on y mange on y discute affaire, on y fume même..

Vous parlez de Bouddhisme japonais qui na rien à voir avec le bouddhisme!!

Oh lala! Attention à ce que vous dites!

"Un bouddhisme (japonais, certes)qui n'a rien à voir avec le bouddhisme" !!!!

C'est un peu fort de café!

 

le shintoisme a une hierarchie et n'est pas dans la tradition bouddhique.

Ce commentaire a été dépublié par son auteur·e.

Moi de même. Récupérer les morts n'est pas moral.

Moi aussi

La momie par définition est momifiée (ce qui est légèrement différent à mon humble avis d'un corps qui crame). et j'attends le soulèvement avec impatience......

 

Je lis votre commentaire, Pierre et m'apprêtais à écrire la même chose. Je vous rejoins donc. Si une telle atrocité était commise ici (ce qui arrive malheureusement lors de crimes sadiques mais ese trouve classé dans la rubrique faits divers), irait-on photographier et publier ce qu'il reste de cette personne entravée et brûlée vive.  Non je ne le crois pas. Et c'est mieux ainsi.

Ici ou ailleurs,  tous les êtres, vivants ou morts, ont droit au même respect. Et si  dans nombre de pays confrontés à la guerre (civile ou non) on exhibe les cadavres mutilés, le photographe n'est pas obligé d'appuyer sur le déclencheur de son apareil photo. Autre question : En quoi cette photo apporte-t-elle quelque information supplémentaire et essentielle?

l'article ci-dessus est très complet et se suffit à lui-même.

l'afflux massif d'images de ce genre -que ce soit sur le web ou dans la presse- finit par tuer l'image, par banaliser l'horreur, anesthésier le regard. Que faut-il montrer jusqu'où et dans quel but, autant de questions complexes, que se posent évidemment les photo-reporters de guerre, sachant qu'à l'arrivée, un second, voire un troisième regard ou plus sont nécessaires pour décider ou non d'une publication. Au cas par cas. Dans le cas présent, il est difficile d'adhérer au choix de la rédaction.

Merci pour ce reportage. Jamais trop d'informations sur ce sujet douloureux !

Qui parle aujourd'hui des amities NAZI du Dalai lama? http://www.tibetdoc.eu/spip/spip.php?article242

Ouille! C'est Poppie qui va être grave déçue! Elle qui en pince pour le DL et les gentils bonzes tibétains.

Ne pouvant commenter sur ce site : Chapeau pour ce chemin. Rigolant.Vous apportez des arguments réfléchis à un ressenti au plus profond de moi-même juste par l'observation, sans compter l'observation des Occidentaux et de leurs preceptes argumentés des jours durant Criant. Il faudrait que je fasse connaitre ce vécu à certaines de mes connaissances sous influence.

lire ici http://www.tibetdoc.eu/spip/spip.php?article127

Rassurez-vous Jean-Claude, j'en ai entendu d'autres!

Décidément, je préfère quand vous vous exprimez de façon plus nuancée, ce que vous êtes très capable de faire. 

Faites attention de ne pas avaler n'importe quoi.

Que dites-vous par exemple de cette information que l'on peut trouver sur de nombreux sites et videos : "Heureusement que Nicolas Sarkozy revient en 2017 car il va pouvoir enfin sauver la France de tous ses malheurs"

Vous semblez ne pas avoir conscience de toutes les manipulations dont "certains humains" sont capables (et la fulgurante, extraordinaire technologie très avancée d'aujourd'hui aidant, ajoutée aux immenses progrès et découvertes faites en sciences humaines et dans la "communication", vous imaginez les dégâts ?)..................................................................................................................................

parce que le Dalai Lama est un grand démocrate ? Comment se passent  les élections ?

C'est ballot !

On nous les avait vendu bon comme le pain !, doux comme le sucre !, ces bonzes aux mille facettes.

Des petits enculés comme les autres ?, qui ne donnent pas leur part aux chiens, pour massacrer leur prochain à qui mieux mieux ?

Décidément, certaines réputations les plus définitives ont vocation à s'affaler un jour comme des merdes, devant la complexité de la pratique !Clin d'œil

d'accord avec votre commentaire:rappeler que le boudhisme hinyaniste n'est pas fondé sur la compassion mais la libération du soi d'abord ,ensuite je flaire le vieux démon raciste qui divise l"asie blanche de l'asie brune..rien à voir avec le bouddhisme même s'il est pris en main par un leader moine

je recommande des remarques pleines de bon sens et témoignant d 'une connaissance active des réalités asiatiques. Je précise par ailleurs que la " peau brune " est un marqueur social et non ethnique ( les paysans)

<<<Sous le titre, « le visage de la terreur bouddhiste », le numéro du mois de juillet représentait en effet, sur sa couverture, un célèbre moine birman : Wirathu.>>>

 

 

De quoi parle-t-on ?...du bouddhisme dans l'univers tout entier, ou uniquement dans ce qui fait l'objet de l'article ?

 

Parce que dans ce second contexte, nous sommes devant une bande d'enfoirés, ni plus ni moins !

 

Tenter de justifier, par la vigueur de leurs professions de foi, ce qu'ils font, en une pratique sans taches, ne convainc personne de sensé, à mon humble avis !

 

Quant à l'accusation de racisme, dont vous vous faites l'annonceur échevelé, si vous aviez porté attention, à mes différents propos en rapport avec cette saloperie, qui ne profite qu'aux médiocres, vous sauriez en quoi je honnis cette maladie si largement partagée, de par le monde !Clin d'œil

TRES BIEN REPONDU!

J'espère que Rositaamado saura retenir la leçon que vous lui donnez. Observer, analyser, réfléchir, nuancer.... cela ne semble pas en effet, jusqu'ici tout au moins, faire partie de sa "praxis".

Vous pourriez éviter de mettre tous ces interlignes dans vos propos, svp ?

(ou bien est-ce une façon de "blanchir" vos élucubrations racistes ?) Rigolant

Il va bien falloir un jour que les farfadets qui se mêlent de titiller les autres abonnés, avec des moyens de l'esprit d'un bulot, se rendent compte que ne point leur répondre fait partie de ces félicités, dont on a souvent bien tort de se priver.

Surtout que prendre langue avec un couillon, risque au passage de le rendre encore plus pénible, vu leur propension naturelle à  réutiliser pour des mauvaises causes, les mines qu'ils se prennent en pleine face, plus souvent qu'à  leur tour.

Cela dit, leur couche de stupidité étant souvent épaisse, il est commun de s'apercevoir que cette protection naturelle leur assure notoirement ad vitam aeternam, la tranquillité d'esprit qui sied au crétin fondamental.Rigolant

RigolantRigolantRigolant

("Honni soit qui mal y pense")

vous aviez pourtant bien commencé… et vous terminez sur le même ton et ignorance que vous dénonciez quelques lignes plus haut… comme quoi Bouche cousue

Malheureusement nombre de religions (même si le bouddhisme n'est pas une religion en soi-même) ont des intentions louables au départ (amour du prochain, altruisme, ...) pourtant dans les faits l'histoire montre que beaucoup d'individus les détournent de leurs objectifs premiers, ce qui amène à des dérives qui nuisent à leur image.

C'est le cas ici, on ne peut s’empêcher d'associer les bouddhistes à ces faits scandaleux, ce qui rejaillit forcément sur le bouddhisme en général.

 

Ce commentaire a été dépublié par son auteur·e.

Je pense effectivement que la religion est un des vecteurs de l'identité de quelqu'un, mais en soi c'est un processus normal. La politique fait de même, les goûts de chacun aussi. On peut même voir des oppositions entre ceux qui aiment le black metal et ceux qui aiment le heavy metal.

Donc, isoler seulement la religion comme un vecteur qui mène à l'horreur, c'est un raisonnement réducteur.

Ce commentaire a été dépublié par son auteur·e.

Vous exprimez très bien mon sentiment.
Le bouddhisme dans sa pratique idéale, qu'il soit de tradition Théravada - la majeure partie de l'Asie du Sud-Est - , Mahayana - l'ère de civilisation confucéenne y compris Japon et Vietnam - ou Vajrayana - Tibet - a quelque chose d'admirable. Mais, comme le christianisme idéal, arrive très vite la corruption par le pouvoir qui peut toucher toutes communautés, en ce qu'il ne s'agit pas de communautés religieuses hors du siècle. Et cela existe depuis que le bouddhisme existe, depuis que le christianisme existe - du moins depuis qu'il a gagné droit de cité dans l'Empire romain.
Et, effectivement le livre de Brian Victoria "Le zen en guerre" est éclairant. La bénédiction de l'épée n'est décidément pas le monopole des églises chrétiennes. Mais, ailleurs, par exemple en Chine (RPC), l'instrumentalisation des clergés de toutes les religions, bouddhisme comme christianisme comme islam, est patente. L'Islam diffère du christianisme et du bouddhisme en ce que l'épée apparaît directement dans les textes fondateurs (Coran, hadiths/Akhbar)... comme du reste dans l'Ancien Testament, mais le résultat final diffère peu.
Dans ce cas présent de la Birmanie, pour moi on assiste à une classique intolérance communautaire basée sur des considérations économiques et politiques - les militaires doivent bien rappeler leur place - , dont la différence religieuse n'est que le vecteur de l'instant. Comme chez nous d'ailleurs : d'aucuns "n'aiment pas" l'islam/les Musulmans, mais aussi bien "n'aiment pas" les gens du voyage (les Roms en sont qu'une grosse minorité, et de surcroît il y a les Roms d'Europe de l'Est qui diffèrent largement des Roms français ou espagnols) ou les Noirs, alors que beaucoup des uns et des autres sont catholiques ou protestants "comme nous". Comme en Grèce où on ne présente plus Aube Dorée, qui s'attaque aux immigrés, aux Musulmans autochtones ou non, aux Juifs autochtones ou non, aux Albanais musulmans ou chrétiens, aux Macédoniens slaves, aux Roms, etc... Pendant ce temps la majeure partie de la classe politique s'occupe de transférer l'insolvabilité de l'Etat aux ménages - c'est flagrant en Grèce, plus insidieux chez nous avant la phase décomplexée à attendre avec Nicolas II.
Par contre, je suis très déçu par le silence d'Aung San Suu Kyi, concernant une communauté apatride sur ses propres terres, dont la reconnaissance de nationalité devrait être la priorité numéro un de tout démocrate qui se respecte Déçu.

ORWELLLIENNES COMPLEXITES BIRMANES

les 2 premiers papiers de reportage sur la Birmanie sont factuels et éclairants. Ils ont aussi le mérite de favoriser la prise de conscience des complexités birmanes.

L'histoire particulièrement tourmentée de ce pays n'est pas pour rien dans la configuration actuelle de la Birmanie.

Ce pays fut ravagé par les cavaliers mongols de Gengis Khan, pris dans d'incessants conflits frontaliers avec le Siam, et de nombreux autres voisins, auxquels se sont ajoutés de sanglantes querelles intra-dynastiques, une colonisation britannique en trois phases, un champ de bataille permanent de la seconde guerre mondiale, la base d'une reconquête utopique de la Chine de Mao par les restes d'armées de Tchiang Kai Chek, soutenus par la CIA etc etc

Si George Orwell n'avait pas passé quelques années en Birmanie, aurait-il écrit 1984 ?

  • Nouveau
  • 17/07/2013 23:08
  • Par

je suis heureux ,d'appartenir a une civilisation qui connais tout !

Langue tirée

  • Nouveau
  • 18/07/2013 01:45
  • Par

Ce deuxième volet de l'enquête sur la Birmanie ne fait que me conforter dans l'analyse que j'avais des événements.

On peut se rendre compte du dégât que provoque l'intolérance quand elle est -non pas seulement entretenue-  mais encouragée aux fins de conforter un pouvoir corrompu. A ce niveau, c'est devenu le meilleur moyen d'assurer la pérennité d'un tel régime. Quitte à déconstruire ce qu'était l'identité profonde du pays. Car, évidemment -et on voit ça dans nos pays aussi-  la violence croît volontiers si la situation est difficile; entretenir la peur et diviser ont toujours été le moyen utilisé par les dictateurs. 

Il apparaît clairement, à lire ces explications, que la Junte soutient les éléments les plus extrémistes, n'étant pas mécontente (c'est un euphémisme) des difficultés créées à son opposition.  Il est plus difficile d'entendre Zarganar (libéré depuis assez peu de temps) ou Win Thein que les provocations grossières : on trouve toujours -chez les moines aussi, assurément-  des moutons noirs, prêts à cette sorte de xénophobie (je compare volontiers le groupe des Rohingyas aux Rroms chez nous, acceptés nulle part).  Je vois volontiers Wirathu comme leur chef de file. 

A propos des graffitis nazis, c'est assez simple d'utiliser l'ambiguïté du symbole du svatiska, qui a une signification très différente dans nos pays et en Asie.  Il demeure cependant que le nom de Hitler semble faire recette et soit utilisé pour des publicités, au Cambodge notamment (sans que les Cambodgiens connaissent forcément tous très bien le personnage, ni surtout ce qu'il a accompli).

Mais je crois aussi (j'espère que certains éléments du nouveau pouvoir ont une volonté réelle d'ouverture) que la Communauté est galvanisée par des promesses d'avancées démocratiques. Elle veut d'autant plus y croire qu'elle entrevoit d'immenses possibilités pour aller profiter des richesses du pays.  Le sort des Rohingyas devient un contretemps gênant, je crains qu'elle se satisfasse d'une répression accrue de ceux...qu'elle a vu les agresser.

Je trouve que vous faites une bonne analyse des choses. La corruption en Asie du Sud Est est un fléau.

Mon frère aîné est moine dans la communauté Laotienne. Il m'avait déjà exposé un scandale qui a sévi il y a 10 ans à peu près dans la communauté, car des vétérans de l'armée Lao devenus moines détournaient de l'argent versé par les fidèles pour financer l'armement au Laos en vue de continuer les persécutions de minorités (qui ne sont pas musulmanes)... ou bien pour payer une voiture à leurs enfants.

Les moines ont le défaut de leur qualité : il n'y a pas de hiérarchie. Ceux qui sont influents le deviennent par reconnaissance tacite et sociale, pas par statut formel. De ce fait, c'est difficile de lancer un processus de dénonciation éthique car elle ne peut être le fruit que d'une décision collégiale ou sociale. Lorsque la corruption gangrène chez les militaires, et que ces derniers deviennent plus favorablement moines lors de leur retraites parce qu'ils sont plus conservateurs et soucieux de la préservation de leurs coutumes (que les jeunes), ben ça se répercute dans la communauté bouddhiste.

En voici malheureusement une nouvelle preuve, vérités révélées, dogmes, religions sont les principales sources d'oppression et d'obscurantisme de l'humanité. 

  • Nouveau
  • 18/07/2013 10:21
  • Par

Tout çà démontre bien que la laïcité telle que nous la concevons à savoir la liberté de conscience, la liberté religieuse, est une nécessité absolue dans une société moderne et progressiste.

Dès qu'une religion se retrouve en position de force, et veut imposer ses propres règles, y compris dans les lois, sur le plan politique, elle se révèle une source d'oppression.

 

Ce commentaire a été dépublié par son auteur·e.

Encore une fois, ce que vous décrivez n'est pas le propre des religions... mais oui, vive la laïcité en tout cas.

D'ailleurs au passage, en réalité (et c'est ce que dit mon frère aîné qui est moine) : être bouddhiste n'est pas à la base une marque d'identité ethnique, c'est faire le choix de devenir un "bhikhus", un mendiant, ou un boddhisatva (celui qui cherche l'éveil). Donc, un bouddhiste en vérité c'est un moine ou un ascète. Les fidèles sont des laïques, pas des bouddhistes (même s'ils confondent eux-mêmes car par exemple, je ne me suis jamais prosterné devant une statut de Bouddha et les moines ne m'ont jamais rien dit, c'est les fidèles qui peuvent vous faire des remarques). Ils font ce qu'ils veulent, même inclure des notions bouddhistes dans leurs coutumes et rites séculaires qui proviennent d'anciens cultes animistes (y compris chez les Tibétains).

L'article montre aussi qu'il y a des moines qui sont opposés à ces tensions raciales (ethniques plutôt). Les oppositions éthiques entre moines ne sont pas chapeautées par une autorité, ils doivent se débrouiller entre eux. De ce fait, même si un moine arrive à avoir de l'influence auprès de la population xénophobe, alors il y arrivera tandis que les autres peuvent se faire massacrer (comme il y a quelques années) en s'opposant au pouvoir.

"Donc, un bouddhiste en vérité c'est un moine ou un ascète. Les fidèles sont des laïques, pas des bouddhistes"

Désolé, mais cela n'est pas exact.

On devient bouddhiste de  façons ; 

"En prenant refuge", ou en "acceptant les 4 sceaux"

et ce, que l'on soit laic ou religieux.

je crois qu'il faudrait mieux connaître la biographie de Wirathu,comment et pourquoi est il devennu moine:en effet nombre de religieux (dans toute l'asie y compris Tibet) ne le sont devenus que par contrainte familiale(pauvreté),c'est en somme une carrière comme une autre éloignée de tout engagement spirituel..et du coup il faut peut être que l'occident accepte d'analyser le terrain économique de certaines vocations bouddhistes (je pense à tous ces maîtres incultes qui diffusent le bouddhisme en particulier tibétains) je crois qu'au 19eme siècle c'était ainsi en France :un enfant faisait le séminaire..

  • Nouveau
  • 18/07/2013 14:06
  • Par

http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2013/05/21/violences-religieuses-en-birmanie-des-musulmans-condamnes_3412275_3216.html

 

en lisant ceci, on comprend aussi un peu mieux les violences actuelles. Elles n'excusent rien mais elles expliquent.

Les musulmans sont en très nette minorité en Birmanie, donc lorsque 7 d'entre eux assassinent un moine boudhiste, ça ne le fait pas du tout.

Il n'y a pas de gentils et de méchants dans cette affaire je trouve. Nous sommes face à des extrémistes des 2 bords et il n'est pas non plus tolérable que les boudhistes qui s'en prennent toujours plein la tronche soient encore persécutés par des islamistes qui se croient tout permis.

En Egypte, les Coptes son massacrés et sont carrément des citoyens de 2nde zone. On en fait pas tout un plat, personne n'ose dire ce qui apparait pourtant comme une évidence et il faut taire ces morts au nom d'une islamophobie imaginaire.

En attendant, au Mali, on a vu ce que donnait un islam dont on laissait les pleins pouvoirs:

Viols, massascres, tortures, pillages.

Il est toujours facile de condamner ceux que l'on ne connait pas, d'accuser le doigt levé si ce n'est le bras tendu au nom de notre culture comme si celle ci devait s'imposer à tous.

Et si, tout simplement, nous étions nous même responsables de cette situation par une mondialisation de la pensée et de la culture aboutissant à un multicultarlisme forcé, une cohabitation forcée des religions envers et contre tout.

Je pense à tous ces moralisateurs du "vivons tous ensemble". parfois cela fonctionne, tant mieux.

Mais lorsque cela ne fonctionne pas, où en arrive t-on ?

ici à mon avis. A une incompréhension de la situation en Egypte. A des massacres que l'on a laissé se perpétrer au Mali pendant de trop nombreux mois avant ENFIN une intervention providentielle pour limiter le carnage.

Tout ceci pour dire que ces massacres perpétués par les Boudhistes ne sont pas excusables, mais ils sont compréhensibles et à remettre dans un contexte et qu'il ne nous appartient pas de condamner les Boudhistes pour autant.

j'aimerais aussi que certains se rappelent le massacre de la place Tian'anmen avant de condamner les boudhistes.

L'extrême bouddhisme ?

Il n'existe pas de bouddhisme extrême, sauf pour les ignorants.

Qu'est-ce que le bouddhisme et, plus précisément, qu'est-ce qu'un "bouddhiste" ?

Voici un lien qui expliquera aux ignorants ou ceux qui croient connaitre parce qu'ils ont été 5 minutes dans 1 ou 2 temples, ce qui rassemble les très très nombreuses écoles du bouddhisme dans le monde, qu'elles soient du nord, du sud, de l'est ou de l'ouest, hinayana très ancienne ou mahayana anciennes et nouvelles.

C'est en anglais:  http://khyentsefoundation.org/pdf/WMYNAB-shambhala.pdf

 

 

J'avais un ami qui vivait entre la France et l'Inde. Il m'a dit, à l'occasion d'un massacre tel que celui-ci, que les indiens étaient en général un peuple paisible et doux mais que de temps en temps ils étaient pris d'une sorte de folie meurtrière et qu'ils étaient capables de massacrer des centaines de personnes. Soit des musulmans massacrant des hindous, soit des hindous massacrant des musulmans. Ca faisait, selon lui,  partie du mystère de ce peuple incompréhensible pour un occidental. Comme d'enjamber les cadavres sur les trottoirs sans manifester aucun sentiment.

A propos de la Birmanie

Par rapport aux minorités c'est surtout la présence d'une minorité musulmane relativement importante qui provoqua des troubles avant même la fin de la période coloniale. En 1938, les musulmans furent accusés de « voler » des femmes birmanes (bouddhistes). Le 26 juillet, une réunion sur ce thème fut organisée par des « moines politiques » à la pagode du Shwe Dagon, suivie d'une manifestation qui se dirigea vers le quartier indien où elle se transforma en émeute visant les musulmans indiens. En quelques jours toute la région de Rangoon était en proie à une hystérie anti-musulmane et anti-indienne. Il fallut quelque temps avant que l'ordre soit rétabli182(*).

Il semble donc que, paradoxalement, en dépit de la plus grande intransigeance du Canon theravada sur le chapitre de la non-violence, la permanence à ce jour de conflits à composante religieuse soit l'inquiétante particularité des pays de tradition theravada.

Parmi les éléments d'explication nous avons cités, le fait que dans les pays theravada le bouddhisme a été adopté simultanément à leur émergence comme nation, et est constitutif de leur identité.

 

 extrait d'un mémoire en ligne de 2007

Le bouddhisme theravada, la violence et l'état. Principes et réalités

http://www.memoireonline.com/09/08/1514/le-bouddhisme-theravada-la-violence-et-l-etat.html

Il me que dans cette histoire c'est l'arroseur arrosé!! Pour avoir beaucoup voyagé le boudisme me semble la religion la plus cool et l'islam la plus chiante envres les femmes et les étrangers, mais bon pour un athée..;

Comme quoi, tout ce qui relève du religieux n'apporte que misère supplémentaire et je pèse mes mots. La religion est un piège pour la pensée. Chaque religion sécrète à un moment un "führer" qui entraîne avec lui tous les faibles d'esprit que l'on a gavé de ces fausses croyances.

  • Nouveau
  • 22/07/2013 14:40
  • Par

Attention aux raccourcis fumants entre génocide (nazisme) et symbole swatiska... Le raccourci peut  paraître évident pour nous, occidentaux mais c'est à prendre avec des pincettes quand il s'agit de population d'Asie...

J'en veux pour preuve les sursauts des occidentaux quand on découvre des temples bouddhistes ornés de "croix gammées" et autres bagues swatiska portées par des locaux que ce soit en Inde, en Thaïlande ou encore au Rakhein (frontalier du Bangladesh).

Mais l'histoire nous apprend que ce symbole n'a été que sali par le nazisme et qu'il a une tout autre signification bien antérieure => (cf http://fr.wikipedia.org/wiki/Swatiska)

A bon entendeur, salut ! :)

Ayant ma belle-famille à Taiwan/Formose, je connais très bien le symbole bouddhiste de la svastika, sous la forme d'une croix gammée à l'envers. Dans le guide Lonely Planet de Taiwan (en anglais) il y a un encadré sur le sujet, intitulé "Not what it seems". 
Par contre, le gamin photographié à Rangoon dans ce reportage, porte bien un T-shirt avec la croix gammée nazie, à vrai dire avec une reproduction du drapeau du 3ème Reich. Il ne sait sans doute pas ce que cela signifie. Quant au camion "pick-up" de la dernière photo, il comprend un drapeau avec une svastika agencée dans le sens bouddhiste, mais tout le reste - drapeau, graffiti sur le camion -  indique des références nazies (Hitler explicitement nommé, avec juste à côté une croix gammée manuscrite). Simplement, les militants, habitués depuis leur plus tendre enfance à la svastika bouddhiste, ont oublié de l'inverser. Pour moi il s'agit d'une version birmane d'Aube Dorée, ni plus ni moins.
Et, quant au silence, que je trouve indéfendable, de la sainte vis-à-vis à la fois de ces violences et du déni des droits fondamentaux des Rohingyas, voici un point de vue fort éclairant de la part d'un connaisseur de la Birmanie : http://blogs.mediapart.fr/blog/frederic-debomy/030413/aung-san-suu-kyi-en-finir-avec-lidolatrie

CECI est une provocation :

Les religions ont été inventées par les "hommes" pour dominer les femmes !

Sans ces religions, que  serait leur rôle (à part la procréation) ?

Les idéologies politiques n'ont fait qu'adapter leurs visions politiques des femmes.

Regardons la place faite aux femmes dans toutes nos institutions.

L' (homme) n'est qu'un pleutre !

(homme) = masculin de femme

 

 

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous

Cette série de reportages en Birmanie a été effectuée la première semaine de juillet, en association avec l'émission de France Culture, Les Pieds sur Terre, diffusée tous les jours à 13 h 30, qui consacre toute sa semaine du 15 au 19 juillet à la « démocratie disciplinée » birmane.