Légaliser le cannabis (2/7). Aimer le joint est devenu politiquement correct

Par

Ils sont désormais une majorité d’Américains à soutenir la légalisation de la marijuana. Ils se laissent convaincre par des arguments divers, des bienfaits médicaux du produit jusqu’à la manne financière que représente un cannabis régulé et taxé. Des messages portés par des « faiseurs d’opinion » influents : des associations et lobbies très bien dotés, s’activant sur le terrain pour faire bouger les lignes. Deuxième volet de notre série.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

New York, correspondance.   Aux États-Unis, l’approche répressive pour lutter contre la consommation et le trafic de marijuana fait de moins en moins recette auprès de l’opinion. Le pays avance sur le chemin de la dépénalisation et de la légalisation. Deux États ont déjà légalisé la plante étoilée en novembre 2012, via des référendums d’initiative populaire : l’État de Washington, à l’ouest du pays, et le Colorado (dont nous avons parlé ici). Au moins deux autres référendums se tiendront sur le sujet en novembre prochain, en Alaska et en Oregon. Les lignes bougent et même le New York Times s’y met. Le 26 juillet, le comité éditorial du quotidien new-yorkais de tendance libérale annonçait qu’il soutenait la légalisation du cannabis à usage récréatif dans un texte inaugurant une série d’articles dédiés au sujet (ici). Cette prise de position a été jugée à la fois étonnante et courageuse aux États-Unis. « C'est une décision historique qui aura des conséquences historiques », a ainsi estimé Ethan Nadelmann, à la tête de la Drug Policy Alliance.