Cette Europe qui nous fait honte

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Les mots peuvent être comme de minuscules doses d’arsenic : on les avale sans y prendre garde, ils semblent ne faire aucun effet, et voilà qu’après quelque temps l’effet toxique se fait sentir. » C’est le souvenir de ce constat de Victor Klemperer qui nous est spontanément venu à l’esprit en découvrant que la nouvelle Commission européenne présidée par l’Allemande Ursula von der Leyen serait dotée d’une vice-présidence chargée de « protéger notre mode de vie européen », confiée au Grec Margarítis Schinás. Intitulé dont l’énoncé en langue anglaise fait écho à la fierté impériale étasunienne de l’« American Way of Life » : « Vice-President for Protecting our European Way of Life ».