Nucléaire iranien: «Pour exister, Fabius joue la mouche du coche»

Par

Pour le spécialiste de l’Iran Bernard Hourcade, le facteur israélien a peu compté dans l’attitude adoptée par le chef de la diplomatie française qui a fait échouer l’accord avec l’Iran, ce week-end. Les ressorts de la position française sont à chercher dans le lobbying des Saoudiens à Paris ainsi que dans la personnalité de Fabius, qui cherche à « exister » politiquement. Entretien.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Quelle mouche a donc piqué Laurent Fabius ? Pour le spécialiste de l’Iran Bernard Hourcade, le facteur israélien a peu compté dans l’attitude adoptée par le chef de la diplomatie française, accusé par plusieurs négociateurs d’avoir fait échouer l’accord avec l’Iran sur le nucléaire, dans la nuit de samedi à dimanche (lire notre précédent article). Pour ce chercheur, directeur de recherche émérite au CNRS, directeur scientifique du site irancarto, qui suit de près les affaires iraniennes depuis 1979, les ressorts de la position française sont avant tout à chercher dans la crainte des Saoudiens de se retrouver isolés en cas d'accord, et leur lobbying à Paris, ainsi que dans la personnalité de Fabius, qui tente d'« exister » politiquement.