Bruxelles place la Pologne sous surveillance

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est un serpent de mer, depuis que Viktor Orbán a pris en 2010 la tête du gouvernement hongrois. Comment l'Union européenne (UE) peut-elle réagir face à la dérive autoritaire de ses propres membres ? La Commission, ce mercredi 13 janvier, a fait un geste fort. Elle a décidé de lancer une procédure formelle de surveillance de la Pologne, première étape d'un mécanisme européen visant à préserver l'État de droit dans les pays membres.