Trump fait le bonheur des humoristes

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

New York (États-Unis), de notre correspondant.– Aux dernières nouvelles, il est cuit, brûlé, bon pour la casse et promis sous peu, disent les rumeurs, aux remerciements expéditifs de son employeur. Sean Spicer, porte-parole de la Maison Blanche, a commis l’erreur d’initier sa carrière par une attaque enragée contre les journalistes chargés de suivre la présidence, au lendemain de l’investiture de Donald Trump, en les accusant d’avoir omis de mentionner le 20 janvier « la foule la plus importante jamais vue lors de cette cérémonie ». Mais ce n’est pas ce que le patron lui reproche.