Un juriste de l'Onu parle de possible génocide pour les Rohingyas

Par
Les membres de la communauté musulmane apatride des Rohingyas en Birmanie continuent d'être victimes de crimes s'apparentant à un génocide, a déclaré mardi le conseiller spécial pour la prévention du génocide auprès de l'Onu, Adama Dieng.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

DACCA (Reuters) - Les membres de la communauté musulmane apatride des Rohingyas en Birmanie continuent d'être victimes de crimes s'apparentant à un génocide, a déclaré mardi le conseiller spécial pour la prévention du génocide auprès de l'Onu, Adama Dieng.