Pour les étudiants algériens, «la Constitution n’est pas un cahier de brouillon»

Par Mustapha Benfodil (El Watan)

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Non à la prolongation », « Akhtona ! » (« Épargnez-nous de cela ! »), « Système dégage ! », « Makache 4,5 » (« Pas de mandat 4 et demi »), « Non au report de l’élection », « Djazair horra dimocratia » (« Algérie libre et démocratique »), « Y en a marre, ayigh », « Algeria free », « Ouyahia, où sont les 1 000 milliards ? », « 40 voleurs vs 40 millions », « Khellouna netnefssou » (« Laissez-nous respirer »), « Les étudiants de Dély Ibrahim pour le changement »… Ce sont là quelques messages écrits sur des post-it de toutes les couleurs collés sur la stèle commémorative dédiée au chahid (martyr) Maurice Audin, près du Tunnel des Facultés, à Alger-Centre.