A Tanger, avec ces mineurs qui risquent leur peau pour l’Europe

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tanger (Maroc), envoyée spéciale.– Certains ont encore une bouille d’enfant. Tous ont du scotch et un tube de colle sur eux, comme pour aller à l’école. Mais sur ce tronçon de route marocaine, « le scotch sert à fermer derrière toi quand t’as réussi à découper la bâche d’un camion et à te glisser dedans, expose Mohammed*, ado volubile. Sinon, le trou fait du bruit en roulant et t’es repéré ».