Grèce: les «indignés» de Syntagma préparent la grève générale de mercredi

Ils ne sont certes plus les quelque 100.000 manifestants comptés le dimanche précédent, mais il fallait encore compter avec au moins 15.000 personnes sur la plus vaste place d’Athènes, dimanche 12 juin.
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Les «indignés» espagnols évacuent Sol, mais les Grecs restent sur la place Syntagma. Ils ne sont certes plus les quelque 100.000 manifestants comptés le dimanche précédent – la faute, probable, à un week-end de trois jours – mais il fallait encore compter avec au moins 15.000 personnes sur la plus vaste place d’Athènes, dimanche 12 juin.

15.000 pour préparer la grève générale de mercredi 15 juin. Ce jour, qui marque le début de l’examen parlementaire du plan d’austérité négocié par le gouvernement socialiste avec le Fonds monétaire international, l’Union européenne et la Banque centrale européenne, ils ont décidé d’emprisonner les élus à l’intérieur d’une gigantesque chaîne humaine enserrant le Parlement.

Il n’est pas certain que cela empêche les parlementaires de ratifier les mesures destinées à économiser 28 milliards d’euros d’ici à 2015 pour complaire aux créanciers, pas plus du moins que le mois complet de manifestation à Athènes. En revanche, l’effet est très net sur la popularité du premier ministre, qui ne dispose plus, selon un sondage publié par le journal I Kathimerini, que de la confiance de 26% des Grecs, contre 34% un mois plus tôt.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous