Climat: la perspective d'un vrai accord mondial s'éloigne un peu plus

Par

Le miracle ne s’est pas produit : après deux semaines de négociations à Bonn et à six mois de la conférence COP 21 qui se tiendra à Paris, il n’y a toujours pas de texte d’accord valable sur la table mondiale des négociations. Les discussions se poursuivent mais vont changer de cadre politique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le miracle ne s’est pas produit. À six mois de la conférence COP 21 (à partir du 30 novembre qui doit se tenir à Paris, il n’y a toujours pas de texte d’accord valable sur la table mondiale des négociations. Pas même pas une esquisse. À Bonn, viennent de se conclure deux semaines de discussions qui ont très peu fait progresser la rédaction du document dit de Genève : il a perdu quelques pages, a été nettoyé de répétitions, mais chaque article énumère toujours une série d’options, parfois contradictoires. Rien de concret n’a avancé concernant les piliers de l’accord : sa nature juridique et son périmètre, les modalités de suivi et de contrôle des objectifs nationaux de réduction de gaz à effet de serre proposés par les États, le niveau de financement et la part de fonds publics.