Euro 2016 : «Les hooligans russes ont mené un raid comme un commando paramilitaire»

Dans un entretien au Monde à lire ici, Sébastien Louis, historien spécialisé dans l’étude des supporteurs radicaux, pointe la responsabilité des hooligans russes et les carences des autorités (Etat et UEFA) dans la gestion du risque hooligan.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Coauteur de Soutenir l’équipe nationale de football (Editions de l’Université de Bruxelles), Sébastien Louis, historien spécialisé dans l’étude des supporteurs radicaux, a assisté aux scènes de violences qui ont vu s’affronter supporteurs russes et anglais, ce week-end à Marseille. Dans un entretien au Monde à lire ici, il pointe la responsabilité des hooligans russes et les carences des autorités (Etat et UEFA) dans la gestion du risque hooligan. « Les autorités se sont concentrées sur les risques terroristes, pas sur la gestion des hooligans. J’ai vu une police apeurée, fatiguée, qui avait besoin d’une hiérarchie compétente ; ce qui n’a pas été le cas. Les tactiques policières pour lutter contre ces hooligans sont dépassées. (...) Cette situation est aussi le fruit d’une absence de stratégie de la part de la DNLH [Direction nationale de lutte contre le hooliganisme] et de l’amalgame qui est fait entre supporteurs, ultras et hooligans. »