La Hongrie veut mettre en place des camps de travail obligatoire

Par
L'idée de Viktor Orban: remettre les «assistés» sur le chemin de l'emploi et au passage envoyer les Roms aux travaux forcés surveillés par des policiers retraités...

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Laurent Wauquiez en rêvait, la Hongrie va le faire: envoyer les bénéficiaires d’aides sociales sur de gros chantiers de travaux publics, au nettoyage des rues ou à l’entretien des parcs et des forêts, sous peine de se voir couper les allocations. Précisément ce que proposait l'alors ministre des affaires européennes français. Mais selon le quotidien allemand Die Tageszeitung, il ne s'agit pas seulement d'asservir les pauvres: «Il ne faut pas beaucoup d’imagination pour comprendre que cette mesure vise principalement les Roms. Alors que le taux de chômage est en moyenne de 8 % dans l’Union européenne, l’employabilité de la plus grande minorité du continent est un problème endémique»: près de 50 % des Roms − faiblement qualifiés et victimes de discrimination à l’embauche − seraient ainsi sans emploi et vivraient de l’aide sociale.