Comment les États-Unis endettent leurs étudiants

Par

La dette des étudiants américains a atteint cette année le montant faramineux des 1 000 milliards de dollars! Elle dépasse celle des achats de voitures. Et devient de plus en plus difficile à rembourser. Début juillet, le Congrès a pris quelques mesures.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Kelli a 25 ans et 200 000 dollars (164 000 euros) de dettes, qu’elle tente de rembourser depuis l’obtention de son diplôme, en 2009. Originaire de l’État du New Jersey, elle est partie étudier à la Northeastern University de Boston, l’un des établissements privés ou « colleges » qui délivrent des diplômes de premier cycle universitaire en quatre ans. Entre les frais d’inscription et les frais de logement sur le campus, chaque année lui coûte alors 40 000 dollars. Issue d’une famille modeste, elle a recours à l’emprunt. « Les conseillers scolaires m’y ont encouragée et ça ne me paraissait pas choquant. J’avais l’impression que tout le monde faisait ça ! Mais j’avais 18 ans, j’étais très mal informée. J’étais la première à aller à fac dans ma famille et mes parents se voulaient rassurants, me disaient qu’ils allaient m’aider à rembourser. J’ai donc fait deux prêts auprès de l’organisme privé Sallie Mae, le premier à 18 ans et le second à 21 ans. Pour le second, ils ne m’ont même pas demandé de cosignataire. »