La grippe A, un fléau de plus pour les Aborigènes, Indiens, Inuits et tous les autochtones

Par
Au Canada comme en Australie, les Aborigènes sont plus vulnérables au virus de la grippe A que le reste de la population. Isolées, sans clinique et souvent joignables uniquement par avion, certaines communautés paniquent face à une possible résurgence du virus à l'automne. Le seul mérite de la pandémie aura été de rappeler aux pouvoirs publics les conditions sociales misérables des Aborigènes: enfermement dans des réserves surpeuplées, promiscuité, absence de travail, alcoolisme, obésité morbide...

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Sept Indiens matsigenka, qui vivent en Amazonie péruvienne, sont atteints par le virus A/H1N1, a annoncé mardi l'ONG Survival. Ce sont les premiers cas de grippe A parmi des Indiens d'Amazonie et selon les autorités locales, ils sont déjà «hors de danger».