Avec le Mondial et les JO, les pauvres n’ont plus leur place à Rio

Par et José Manuel Rambla

 Les grands événements sportifs brésiliens ont servi de détonateur aux plus importantes manifestations depuis 1992. La Coupe du monde de foot et les Jeux olympiques cachent de juteuses affaires immobilières au profit de quelques-uns qui n’hésitent pas à expulser les pauvres à la périphérie de Rio.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.