Au Liban, la colère réveille la gauche

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Au Liban, on ne peut être qu’à gauche. » C’est une phrase que l’on entend souvent, pas seulement d’un bout à l’autre du pays mais aussi parmi les membres de la diaspora, tant le niveau des inégalités est criant.