En Israël, l'inquiétude monte face aux affrontements de Saint-Jean-d'Acre

Par
Malgré les appels à l'apaisement lancés par les autorités israéliennes et les responsables arabes locaux, les affrontements se multiplient depuis plusieurs jours dans le quartier est de Saint-Jean-d’Acre, ville portuaire du nord d’Israël. Alors que le Hamas appelle à relancer l'offensive contre Israël, ce que refusent les représentants des Arabes israéliens, ces émeutes inquiètent les résidents des autres «villes mixtes» que compte l'Etat hébreu.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La police israélienne était, dimanche soir, toujours en alerte. Après quatre nuits d'émeutes, Saint-Jean-d'Acre est devenu le centre de toutes les attentions en Israël. Dimanche, le premier ministre Ehoud Olmert a appelé à la «tolérance zéro». Le chef du gouvernement a estimé que la ville portuaire du nord d'Israël était «l'otage d'un petit groupe d'extrémistes».