CPI: comment le procureur Ocampo a organisé son impunité

Les révélations des Secrets de la Cour ont entraîné la suspension de deux fonctionnaires de la Cour pénale internationale et l’ouverture d’une enquête interne. Mais l’ancien procureur Luis Moreno Ocampo avait, lorsqu’il était en poste, organisé sa propre impunité. La CPI ne dispose toujours pas d’instruments efficaces pour préserver son intégrité.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

« Ils n’ont rien demandé », disait Luis Moreno Ocampo le 25 septembre dernier au Spiegel et à l’European Investigative Collaborations (EIC), au sujet de ses sociétés implantées au Panama et dans les îles Vierges britanniques, deux des plus opaques paradis fiscaux au monde. L’ex-procureur jurait ne pas être un évadé ni un fraudeur fiscal, en dépit de documents montrant une volonté certaine de dissimulation. Mais il reconnaissait aussi n’avoir rien déclaré de son business offshore lorsqu’il était en poste à la Cour pénale internationale (2003-2012).

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal