L'Unesco, affaiblie, élit son directeur général

Par
Trois candidats, dont la Française Audrey Azoulay, étaient en lice vendredi pour prendre la tête de l'Unesco et diriger une institution en proie aux luttes intestines et encore affaiblie au lendemain du départ-surprise des Etats-Unis et d'Israël.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

PARIS (Reuters) - Trois candidats, dont la Française Audrey Azoulay, étaient en lice vendredi pour prendre la tête de l'Unesco et diriger une institution en proie aux luttes intestines et encore affaiblie au lendemain du départ-surprise des Etats-Unis et d'Israël.