Le suicide de Gaëtan Mootoo révèle les failles d’Amnesty International

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le drame a eu lieu il y a près de six mois déjà, mais l’onde de choc est loin de s’être éteinte pour Amnesty International. Dans la nuit du 25 au 26 mai, Gaëtan Mootoo s’est donné la mort, à 65 ans, dans les locaux parisiens de la célèbre ONG de défense des droits humains. Ce chercheur spécialiste de l’Afrique francophone, unanimement respecté, y avait fait toute sa carrière, débutée 32 ans plus tôt.