Donald Trump explore la galerie des monstres

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre correspondant à New York (États-Unis).« Donald Trump ? Ah… mi amigo », grinçait El Chapo Guzman lors de sa dernière interview avant son arrestation, en février 2015. Le patron du sanguinaire cartel de Sinaloa avait été quelque peu irrité d’entendre le candidat aux primaires traiter ses compatriotes mexicains de violeurs et de voleurs, au point de lui adresser des menaces de mort par le truchement de Twitter et d'envisager le recours à ses tueurs à gages.