Appel de Pompeo à une nouvelle ère de coopération sur le Proche-Orient

Par
Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a souhaité jeudi "une nouvelle ère de coopération" pour relever les défis au Proche-Orient, citant notamment les dossiers iranien, syrien, yéménite et israélo-palestinien.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

VARSOVIE (Reuters) - Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a souhaité jeudi "une nouvelle ère de coopération" pour relever les défis au Proche-Orient, citant notamment les dossiers iranien, syrien, yéménite et israélo-palestinien.

"Les Etats-Unis souhaitent une nouvelle ère de coopération entre tous nos pays pour faire face à ces problèmes", a-t-il déclaré lors d'une conférence internationale sur le Proche-Orient organisée à Varsovie, en présence de ministres des Affaires étrangères et de responsables de plus de 60 pays.

L'absence à cette réunion des ministres des Affaires étrangères français et allemand souligne les tensions grandissantes entre l'UE et les Etats-Unis depuis le retrait américain de l'accord sur le nucléaire iranien et le rétablissement des sanctions américaines contre Téhéran.

Dans son intervention, Mike Pompeo s'est gardé de critiquer directement l'Iran mais a cité l'attitude de ce pays comme l'un des défis posés dans la région.

"Les problèmes de la région ne pourront pas se résoudre d'eux-mêmes. Nous devons unir nos efforts pour assurer la sécurité. Aucun pays ne peut se permettre de rester à l'écart."

Des alliés européens de Washington ont dit craindre que ce sommet ne se transforme en une réunion "anti-Iran". La République islamique, pour sa part, voit dans cette conférence, qui réunit notamment Israël et les pays du Golfe, un "pathétique numéro de cirque" de la propagande des Etats-Unis contre l'Iran.

Auparavant, lors d'une rencontre avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, Mike Pompeo avait jugé que la paix et la stabilité ne pourraient régner au Proche-Orient tant que le défi posé par l'Iran n'aura pas été relevé.

Netanyahu, pour sa part, a salué ce sommet comme un "tournant historique" face à la menace iranienne.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale