Pour la Banque mondiale, impossible «d'attendre jusqu'à juin»

Ce week-end, Washington s’est transformé en capitale mondiale des émeutes de la faim. La Banque mondiale tire la sonnette d’alarme et rappelle ses pays donateurs à leurs engagements. A Haïti insurgé, le Premier ministre a dû démissionner.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Le blé au prix de l’or. Et les émeutes de la faim en cascade. A Haïti, elles ont fait ce week-end plusieurs victimes. L’une mortelle – un policier de l’ONU abattu sur un marché de Port-au-Prince. L’autre politique : le Premier ministre Jacques-Edouard Alexis, contraint de démissionner.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal