L'esprit républicain s'invite dans les manifestations espagnoles

Par et Diego Barcala

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À Madrid, un jour d'avril 1931, le journaliste et écrivain catalan Josep Pla (1897-1981) remontait le Paseo del Prado de la fontaine de Neptuno jusqu'à la place de Cibeles et il vit un drapeau inhabituel, rouge, jaune et violet, sur le palais des Communications. La République avait été proclamée et les gens de Madrid réagissaient avec perplexité et enthousiasme. « On commence à entendre les premières notes de La Marseillaise. Ensuite, un groupe se met à chanter l'hymne de Riego. Le peuple ne connaît pas ces deux chants. Il chante faux. Peu connaissent les paroles. Ils chantent mal. C'est pas grave. Ils feront mieux plus tard », écrit Pla à propos de ces premières heures printanières du 14 avril 1931, jour de proclamation de la Seconde République espagnole, dans ses chroniques rassemblées dans le livre Madrid. El advenimiento de la Répública (Madrid. L'avènement de la République).