Catalogne: l’élection de l’indépendantiste Torra ne règle rien

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Je vous conseille les écrits d'Yvon Ollivier , juriste magistrat :

https://abp.bzh/playdoyer-pour-nos-communautes-44968

Liberté pour la Catalogne ! L'Europe nous montre son vrai visage !

510695729

Ça faisait longtemps que Raymond la Science nous avait pas parlé de sa chanson !!

attaquer les catalans (vous) fait oublier de manière très pratique toutes les atteintes aux libertés diverses qui se passent dans ce pays, l'Espagne, qui n'a rien d'une démocratie, puisque les tribunaux aux ordres condamnent des citoyens pour avoir brûlé des photos du roi, et ces citoyens sont obligés de se porter devant les tribunaux européens, qui décident effectivement que brûler des photos du roi relève de la liberté d'expression et non d'un délit (et paf, dans la gueule des juges espagnols aux ordres!) et oblige la justice espagnole à le reconnaître en annulant la condamnation!

oublier aussi que dans ce pays, on emprisonne les rappeurs pour des paroles de chansons............3 ans et demi de prison ferme à Valtonyc pour des paroles de chanson! ..........digne du Chili de Pinochet! 

voir ici:

https://www.eldiario.es/politica/Audiencia-Nacional-rapero-Valtonyc-prision_0_771323436.html

ah! si ça se passait en Russie, ce serait en 1ère page de tous les journaux!

M.VGBIO

Où avez vous lu que j'"attaque" les Catalans??

J'aimerai bien que vous me le signaliez. je vais attendre longtemps.

Les nationalistes Catalans se sont choisi pour les représenter, un raciste assumé, qui dans ses tweets traite le reste des espagnols d'"immondices" de "dégénérés" de "hyénes" , entre autre, et qui depuis des années réitère, dans différents journaux, contre le reste des espagnols comme contre les immigrés en géneral, sensés détruire  la race Catalane (j'invente rien)  

Qui insulte le mouvement des "indignés", et compare leur démarche à la tentative de coup d'état  du 21 fevrier 1981. 

Quel rapport avec la justice espagnole ou des rappeurs? 

Il s'agit du président de la région la plus riche d'Espagne, pas de Dede le chauffeur du camion qui raconte des conneries entre deux ricards., VOUS EN AVEZ CONSCIENCE?

Par ailleurs je n'ai rien à faire de la justice espagnole, néanmoins l'occasion est trop belle de vous demander ce que vous pensez des propos de Hervé Falciani. Il y a deux mois. 

Hervé Falciani: «J’ai confiance en la justice espagnole, pas en la Suisse!»

https://www.tdg.ch/monde/herve-falciani-j-confiance-justice-espagnole-suisse/story/26694740

Je pense que vous extrapolez beaucoup !

En effet, j'ai lu cette prose digne du Troisième Reich! 

C'est immonde !!! Et ce type est élu président de la Catalogne !!??

Quim TORRA fait partie des ultra-orthodoxes de l'indépendantisme Catalan et ne cache pas son admiration pour des figures peut fréquentables du nationalisme comme Daniel CARDONA. Qui écrivait dans Nosaltres Sols une thèse sur les fondements scientifiques du racisme Catalan, lire ICI ou les frères BADIA, fascistes et admirateurs de MUSSOLINI, lire ICI

Lire : http://www.elpuntavui.cat/article/7-vista/8-articles/710557-pioners-de-la-independencia.html

Très beaucoup.

L'extrapolation, la mise mise en exergue d'épi-phénomènes, le mélange habile du vrai et du faux, une documentation aussi soigneusement constituée qu'unilatérale, sa distillation pertinente à chaque nouveau contre-argument, l'invocation de références progressistes et sociales pour justifier les pires atteintes à la démocratie, le tout motivé par une paranoia anti-indépendantiste font de lui un propagandiste attentif, constant, zélé et efficace du pouvoir central espagnol et de son régime néo-franquiste.

Mieux qu'un professionnel rémunéré des services de propagande du ministère de l'intérieur espagnol, mieux qu'un mercenaire grassement rémunéré pour ses prestations spécialisées, Toni est un serviteur bénévole, illuminé et sans faille du pouvoir madrilène. Bref, un véritable homme de confiance.

Toni Cardona est, typiquement, à la Catalogne ce que Françoise Morvan fut à la Bretagne pendant quelques années, lorsque le MI lui ouvrait toutes grandes les portes des media parisiens mainstream, avec le relai et le soutien de Philippe Val et de ses amis.... et avant qu'un colloque européen d'historiens venus des quatre coins de l'Europe, organisé par l'Université de Bretagne Occidentale, ne vienne lui rabattre le caquet et la remette à sa place : celui d'une enseignante ratée et aigrie.

Entendu, ce monsieur Toni est une buse.....Mais vous n'écrivez pas qu'il ment, ni que les références qu'il donne sont fausses. Doit on comprendre que ce qu'il dit est vrais et qu'il ne vous reste que l'insulte comme réponse ?

Toni, mon/notre ami c'est pour toi!!!!

laughinglaughinglaughing

J'apprécie beaucoup la tirade de Clement,. j'ai même pensé le recommander.

Il est surtout super emmerdé de se retrouver avec un président qui fout en l'air tout le récit national-romantique, et il est furieux contre moi qui ait osé le faire savoir sur les forums de MdP.   

Il est marrant.smile  il ne se rend pas compte qu'il est pathétique. 

Vous êtes sous L.S D ?

Encore un grand moment consensuel à venir... dans un an les élections à BCN risquent de montrer l’ampleur des degatds
Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Malheureusement, il y a une tendance primaire mais tenace dans la gauche française de soutenir les mouvements indépendantistes nationalistes en général sans s'interroger de savoir quelle est la nature du mouvement ni à qui ça profite. Sachant qu'il existe pas mal de pays et pas des plus petits où il y a une grande diversité de groupes qui cohabitent parfaitement.

Tout ça est un reste des 70's....

lisez donc cet article, au lieu de hurler avec les loups Cardona et autres!

https://www.elnacional.cat/es/politica/tuits-quim-torra-blas-infante_268602_102.html

Torra y rend hommage au grand leader andalou que fût Blas Infante.

C'est bien de ne pas croire tout ce que dit Cardona, espagnoliste convaincu, qui déverse sa haine des catalans à longueur de posts!

VGBIO

Vous m'avez l'air furieux, et vous perdez les pédales.

La raison de votre colère, c'est qu'avec ce président on reconnait enfin la vrai nature du nationalisme Catalan, racisme et cupidité. Ce Torra le démontre d'une façon magistrale

ça n'a rien à voir  avec la haine des Catalans une bonne partie de ma famille est catalane,

 Je pense que c'est vous qui détestez les Catalans, car vous en donnez une image lamentable en étant nationaliste, et en m'insultant sans raisons 

Sans rentrer dans la politique, cela me surprend beaucoup que vos amis à Barcelone subissent un "apartheid linguistique", à moins qu'ils ne soient pas situés dans la ville même... 

Moi même française vivant à Barcelone depuis plusieurs années déjà je n'ai jamais rencontré de catalans refusant de me parler pour une question de langue. 

Si on commence à me parler en catalan et que je réponds en castillan et bien la conversation se poursuit en castillan. Bien sûr, il arrive que dans un groupe d'amis composé de catalans ils se mettent a parler en catalan sans forcément s'en rendre compte mais dans un sens c'est normal, c'est leur langue maternelle... Et cela ne me dérange pas, je les comprends tout de même et je me suis mise à l'apprentissage de la langue locale ce qui, somme toute, est normal quand on arrive dans un nouveau pays (on pourra me répondre que la Catalogne n'est pas un pays, soit...)

Enfin pour revenir sur ce soi-disant apartheid, j'ai vraiment du mal à y croire. Barcelone est une ville très cosmopolite, près d'un habitant sur cinq vient de l'étranger sans compter ceux provenant d'autres provinces espagnoles. Ceci dit ce n'est que mon expérience personnelle, il est possible que tout le monde n'ait pas le même ressenti (comme dit précédemment je suis française et non pas andalouse, ce qui peut, j'imagine, changer bien des choses...)

PS: a propos des programmes d'éducation, il me semble que selon la Generalitat 25% des matières au moins doivent être enseignées en castillan (a verifier), mais il est vrai que la mise en application de ce décret peut varier beaucoup d'une école à l'autre. Quoi qu'il en soit cela n'a visiblement pas empêché mes amis catalans de maitriser les deux langues :)

C'est en fait 2 heures par semaine en primaire, 4 h au collège et à nouveau 2 au lycée.

Ces 25% ne sont malheureusement pas respectés. C'est ce qui était prévu dans la loi. 

Les nationalistes disent que les notes de leurs élèves en espagnol sont comparables à celles des autres régions, mais ils se gardent bien de dire que ce ne sont pas les mêmes épreuves. 

Les gens qui refusent de s'adresser à vous en Castillan, vous les trouvez surtout dans l'arrière pays. 

Bonjour MAGTZ. Le problème ne se pose pas quand vous êtes en tournée tapas avec vos amis à Barcelone. Moi aussi, aucun problème à ce niveau. Facile de se comprendre en catalan, français ou espagnol. Même moi je comprends quasiment tout sans avoir jamais étudié le catalan. Mais si vous avez des enfants, essayez de les scolariser à Barcelone et vous verrez. Le castillan est supprimé du programme scolaire ou réduit à 2-4 heures par semaine comme indiqué dans un post par Toni.

Bref, je ne suis qu'un citoyen international comme vous. Mes copains jeunes parents (expats, catalans ou espagnols) ne sont pas très rassurés ou sont partis. 

Aussi, cet article explique très bien pourquoi rester à Bcn ou Catalogne n'est pas une bonne idée pour des parents qui recherchent la meilleure éducation pour leurs enfants dans un cadre cosmopolite et tolérant : "por qué nos iremos de cataluña"

http://www.expansion.com/opinion/2017/10/06/59d7672ee2704e625e8b4587.html

Entre-temps, profitez du soleil.

Cdt

José

Merci Toni d'avoir éclairé nos amis français du côté raciste et suprématiste de Puigdemont, Torra et compagnie. Dommage que Ludovic, rédacteur de cet article, n'aie pas voulu nous révéler cet aspect bien connu du nationalisme catalan pour ne pas trahir "ses" idées.

En tant qu'andalou ayant vécu à Grenade 20 ans (puis 17 ans en France et 3 ans en Asie), je peux vous dire que je prends pour mon grade. D'après l'ancien président de la Generalitat (gouvernement régional catalan), Jordi Pujol, père du catalanisme moderne (+20 ans au pouvoir dans la région), l'homme andalou est un "homme déstructuré, anarchique, qui vit dans l'ignorance, de moindre valeur sociale et spirituelle ..." bref j'en passe. A côté de Pujol, Marine Lepen est un enfant du coeur.

Dommage aussi que personne dans ce journal ne parle de l'éducation catalane (et oui, pas de programme commun comme en France) où le castillan est réduit à 4 heures par semaine. Mes amis andalous (ou pas) à Barcelone subissent l’apartheid linguistique de cette folie destructrice. 

Mais bon, ce travail de recherche journalistique semble trop dur à mener par la rédaction de notre cher journal. Enfin, puisque je ne suis pas content, je n'ai qu'à résilier mon abonnement. Bonne continuation ... y adios. José A.

Donnez donc des exemples concrets, avec des liens vérifiables, au lieu de vous démener pathétiquement Zero.

Je ne suis pas nationaliste mais républicain et il n'y a rien de drôle. Car votre Torra, c'est le PRESIDENT, celui qui représente la Catalogne, pas le premier pèlerin venu. 

Et méditez ce qu'un Catalan qui n'a rien d'un nationaliste espagnol comme Xavi Domenech de Podem vous envoi dans les dents, comme Ada Colau également.  

Et les audiences des télés et de la presse catalane (et d'internet informatif catalan) ont explosé quand les journaux (en) espagnol et pro-Madrid s'effondrent.

Il s'agit peut être d'un hasard.

 

  • Nouveau
  • 15/05/2018 01:23
  • Par

(Désolé, les sauts de ligne ont disparu)

Ce n'est pas que les sauts de ligne qui auraient dû disparaitre tellement tes commentaires sont absurdes !

Le texte de TORRA ne fait pas vomir que les nationalistes espagnols mais l'ensemble des Espagnols, l'Europe, le Monde et les Valeurs Universelles !

Cero pointé!!!!

 

ça, ce sont des arguments! 

  • Nouveau
  • 15/05/2018 08:13
  • Par
La liberté d’opinion et l’argumentation selon Roland Fernandez... révélateur et digne de Telecirco...

Telecirco, désolé mais c'est toi et tes copains suprémacistes! laughing

Ada Colau a aussi incendié ce raciste qui représente si bien la vrai nature du nationalisme Catalan. Et que la CUP a favorisé en s'abstenant, révélant également sa nature, avant tout nationaliste , comme X.Domenech l'a souligné.  

https://www.elperiodico.com/es/internacional/20180514/andanada-de-colau-contra-torra-en-facebook-6818541

Evoquant le mépris qu'ils ont à l'égard des "espagnols" elle a évoqué ses peregrinations à travers toute l'Espagne, en tant que porte parole  de la plateforme contre les expulsions.(la PAH)

Elle rappel qu'elle connut beaucoup d'"espagnols" qui se dressaient devant les maisons d'humbles familles pour les proteger, et qu'ils ne demandaient pas la carte d'identité de ceux qu'on voulait expulser. 

C'est la fin de l'épisode indépendantiste pour un bon moment. Sinon, Ludovic Lamant pourrait dire pourquoi il a édulcoré le portrait du nouveau président de la région autonome.

On pourrait beaucoup dire sur la cécité d'une certaine gauche à l'égard d'un nationalisme aussi excluant. Son discours hypocrite est avalé sans barguigner, sans se poser de questions.

Une certaine gauche gobe sans problème, un nationalisme qui ne serait pas nationaliste, mais qui veut quand même poser des frontières, avec ceux qu'elle considère nationalistes, comprenne qui pourra.  

Sur MdP ce n'est pas Ludovic le plus aveugle, les articles de Romaric Godin sont consternants de partialité. Il n'a pas conscience qu'étalant certaines contre-vérités aussi patentes pour ceux qui connaissons, il jette un voile de méfiance sur tous les autres sujets qu'il pourrait aborder, implicitement sur la crédibilité de MdP.

Il use des mêmes ficelles que RT ou Sputnik. Il donne la parole aux plus extrémistes nationalistes (qu'il ne qualifie pas de nationalistes) et ne vas pas s'assurer de la vraisemblance de leurs propos, ni ne donne la parole à l'autre camp, ou mieux, il fait un gros plan sur quatre tarés espagnolistes résidus de l'extrème droite, les présentant implicitement comme les seuls opposants aux indépendantistes. Si l'on cherche un exemple pour illustrer ce qu'est la démagogie on a là une référence.   

Le problème c'est que personne n'a vraiment tort : la construction de la nation repose sur la définition d'un peuple et donc sur des limites que sont les frontières. La nation existe même quand on dit qu'elle n'existe pas. C'est pourquoi apparaît une telle contradiction entre le discours anti-nationaliste de l'extrême gauche... et sa défense du combat nationaliste. Le problème c'est de savoir de quelle nation on parle. Est-ce la nation ethnique dont l'unité repose sur l'exclusion d'un Autre non-humain (l'espagnol ou le palestinien) ou la nation politique issue de la Révolution française ? Le rejet de la nation politique, démocratique, par l'idéologie de la globalisation (qui s'exprime en Europe par l'UE) a entraîné l'émergence des revendications ethnicistes. Un véritable recul de civilisation mais qui reste en même temps l'expression d'une revendication légitime : contrôler son propre destin.

Donc d'après vous, si je comprends bien, le nationalisme Catalan serait la conséquence de la globalisation et des Institutions Européennes?!

Les revendications ethnicistes des Catalans sont très anciennes, antérieurs à l'UE et trouvent sans doute leurs explications dans les guerres Carlistes et hégémonie économique de la région Catalane...

Cher Xipe je reconnait bien là vos préoccupations rapport à la construction européenne, sensée détruire les identités, et nous dépouiller de notre souveraineté.

 

Ce qui lie les espagnols entre eux, c'est une solidarité aussi forte que leur anti-espagnisme. Que les historiens des camps de concentration nazis constatèrent à Mathausen. Une solidarité qui ne les empêcha pas de s'étriper entre eux pour des idées. Au delà de leurs différences d'origine géographique. 

O V Bismark plus lucide que Napoleon, et qui s'y connaissait question unité des peuples déclara, "L'Espagne est probablement le pays le plus solide au monde, depuis des siècles les espagnols essayent de la détruire et ils n'y sont jamais parvenu."

Le rôle dans cette affaire de la philosophie europeïste, est vraiment à la marge.

Vous simplifiez un peu trop ce que j'ai voulu écrire. Mais il est clair que la destruction de l'Etat espagnol par l'Union européenne (c'est-à-dire la privation de ses pouvoirs en particulier en matière budgétaire et monétaire) a un lien avec la volonté des Catalans de sortir d'un système qu'ils perçoivent comme inefficace. Mais les indépendantistes ne voient pas forcément de lien entre cette inefficacité et l'affaissement de l'Etat central, qu'ils présentent au contraire comme surpuissant. Et ils revendiquent l'indépendance dans le cadre de l'UE. Ce blocage idéologique est l'un des problèmes politiques posés aujourd'hui aux pays de la zone euro. Mais sans être naïfs on peut se demander aussi ce que peut cacher chez certains la revendication d'indépendance, sans doute l'idée de créer un paradis fiscal et bancaire.

Ce que vous décrivez c'est la tentative de constitution d'une nation politique, qui dépasse les particularités ethniques. Mais l'unité de l'Espagne est fragile, comme on le voit.

La nation se constitue toujours contre "un autre" : en France, cet autre était l'adversaire "de classe", la noblesse. Mais le cas de la France est un peu exceptionnel lui aussi. En général, la démocratie se fonde dans une certaine mesure sur des critères xénophobes, comme le montre Emmanuel Todd dans un chapitre de son dernier ouvrage.

La "philosophie européiste" n'a en effet guère d'intérêt. C'est, comme je l'ai précisé, seulement la forme qu'a prise en Europe l'idéologie de la globalisation, c'est-à-dire le Consensus de Washington.

C'est la fin de l'épisode indépendantiste pour un bon moment.

???? 

  En ce qui me concerne, je croyais avoir compris que la Catalogne vient de se doter d'un président... indépendantiste?   ;-)

"les articles de Romaric Godin sont consternants de partialité"......parce que vos commentaires à vous ne sont pas consternants de partialité?????????????????

Non mes commentaires ne sont pas consternants de partialité.

Mes commentaires  s'appuient sur des éléments de la réalité vérifiables, sur des articles de journaux nationalistes catalans, sur les propos de personnes respectables comme X.Domenech ou Ada Coalau

 Et c'est ce qui vous rend fou.

Et me fait bien rire. smile

  • Nouveau
  • 15/05/2018 10:03
  • Par

[Puigdemont] a été libéré sous caution par la justice allemande, qui a refusé de l’extrader vers l’Espagne pour « rébellion ». Mais [il] pourrait encore être extradé pour détournement de fonds publics.

   @ Ludovic Lamant: pourquoi émettez-vous des hypothèses... aussi improbables? Je vous rappelle la déclaration de la ministre allemande de la justice, en substance: "Nous avons demandé des éléments à l'Espagne sur le chef d'accusation de détournements de fonds publics; mais ils auront du mal à le prouver"...  Prise de position parfaitement claire, laissant très peu d'espoir pour une suite positive à la demande espagnole, déjà retoquée sur le premier motif... prise de position qui a bien sûr fait grincer beaucoup de dents à Madrid...

  Donc: Bien sûr que non, Puigdemont ne sera pas livré à l'Espagne par l'Allemagne...

     Je vous rappelle également une déclaration de, si je me souviens bien, la même ministre allemande, en substance : "si, en Allemagne, un Land demandait son indépendance (donc demandait à quitter la structure fédérale qu'est la Bundesrepublik allemande, Bundesrepublik signifiant: union (librement consentie!) des pays allemands, les Länder) , je ne vois pas bien au nom de quoi ni comment nous pourrions l'en empêcher"... prise de position limpide sur le fait que la recherche d'indépendance de la Catalogne, en tant que souhait politique, a le droit d'exister et n'a pas à être contrecarrée par autrui, et surtout pas par la contrainte arbitraire et agressive.

    C'est comme dans un mariage: si madame veut partir et monsieur ne veut pas qu'elle parte, monsieur a-t-il le droit d'obliger madame à rester dans une union dont elle ne veut plus? En usant de toutes les formes de contraintes possibles, y compris la contrainte physique... comme le fait le gouvernement espagnol vis-à-vis des indépendantistes? 

d'autre part, en insultant les catalanistes, le pouvoir de Madrid (et d'autres fanatiques hispanistes) oublient de régler les problèmes de l'Espagne.

> Je vous rappelle la déclaration de la ministre allemande de la justice, en substance: "Nous avons demandé des éléments à l'Espagne sur le chef d'accusation de détournements de fonds publics; mais ils auront du mal à le prouver"...  Prise de position parfaitement claire, laissant très peu d'espoir pour une suite positive à la demande espagnole, déjà retoquée sur le premier motif...

La ministre dit ce qu'elle veut.

Mais il s'agit d'un MAE et l'extradition éventuelle de Puigdemont ne dépend que de la décision des juges allemands et pas d'elle.

Salut Jean Paul, 

En insultant les catalanistes ? 

C'est plutôt TORRA qui insulte tous les Espagnols !

Bon courage !

La ministre dit ce qu'elle veut.

   Oui, la ministre dit ce qu'elle veut... ( enfin, elle a très certainement l'assentiment de sa patronne, la cheffe de l'Allemagne... qui ne l'a pas démentie, d'ailleurs...) ;  et si elle se permet une prise de position aussi claire, sans attendre la décision de justice, sans se réfugier derrière l'habituel "c'est à la justice de trancher", c'est qu'elle doit bien être sûre de son coup...

    Il est probable aussi que cette ministre se fait la porte-parole d'une grande majorité des allemands, qui désapprouvent le fait d'avoir mis en prison  -ne serait-ce que quelques jours... ne parlons pas des quelques mois en cours pour les indépendantistes emprisonnés sans jugement en Espagne- un dirigeant politique auquel on ne peut reprocher que de défendre ses convictions... ce qui ne mérite en aucun cas la prison, dans une démocratie. Or, l'Allemagne est une VRAIE démocratie: les allemands pratiquent en interne et souhaitent pour les autres pays européens un dialogue politique mature, respectueux des personnes, et des convictions de chacun... pas l'oppression politique, et même physique des uns par les autres.

    Donc l'Allemagne, pas plus que la Suisse, pas plus que la Belgique, pas plus que l'Ecosse, ne s'associera pas à la répression politique qu'exerce / que tente d'exercer le gouvernement espagnol.

    Et c'est une très bonne chose...

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

JPM2 

Vous ouvrez une autoroute au projet Tabarnia avec votre rhétorique. 

Quant à l'affaire du "divorce", c'est un argument rabâché par les nationalistes, qui n'a aucun fondement sérieux.

Mais si vous aimez les images simplistes, mais plus parlantes, nous sommes plutôt dans le cas de frères siamois, qui partagent trop d'organes en commun pour se séparer sans disparaître. 

Sans la synergie impulsée par Madrid avec la Catalogne après 1714, la Catalogne espagnole serait au mieux comme la Catalogne française; 80 eme département français en terme de PIB.

 C'est en total contradiction avec les thèses essentialistes des nationalistes Catalans. Mais c'est historiquement bien plus défendable. 

JPM2 
Vous vous éloignez du sujet de l'article, qui est la désignation d'un président de la "generalitat", au pedigree de raciste assumé, que Ludovic évite d'évoquer.  

De mon point de vue perso, Rajoy a fait une erreur en envoyant les matraqueurs en Catalogne, c'était pour éviter un coup d'état certes, mais il aurait fallu un peu plus d'imagination et de mesure. Il aurait (de mon point de vue) fallut laisser les Puigdemont and co se manger sans plus, toutes les portes qu'ils se sont mangés à l'internationale, et face aux entreprises Catalanes. 

Ensuite en ce qui concerne Angela, je vous rappel, et vous devez le savoir, qu'elle envoya une fin de non recevoir à un projet de référendum d'auto-determination pour la Bavière. 

En ce qui concerne la justice espagnole, est ce que vous pensez vraiment qu'on peut lui faire moins confiance qu'à la justice suisse?. 

> Oui, la ministre dit ce qu'elle veut... ( enfin, elle a très certainement l'assentiment de sa patronne, la cheffe de l'Allemagne... qui ne l'a pas démentie, d'ailleurs...) ;  et si elle se permet une prise de position aussi claire, sans attendre la décision de justice, sans se réfugier derrière l'habituel "c'est à la justice de trancher", c'est qu'elle doit bien être sûre de son coup...

Peut-être bien mais dans ce cas elle a tort. Merkel  n'a pas plus de pouvoir qu'elle dans l'affaire.

C'est le principe du MAE : une procédure exclusivement judiciaire faite justement pour écarter l'influence des politiques.

 

"les matraqueurs en Catalogne, c'était pour éviter un coup d'état certes,"................non, mais vous croyez vraiment à toutes les énormités que vous écrivez, ça en devient drôle, votre anticatalanisme primaire!

jamais les catalans n'ont envisagé un coup d'état, ils voulaient juste voter démocratiquement, mais le mot démocratie n'est pas compris ni connu en Espagne, il ne fait pas partie du vocabulaire!

et tous les rappels à la raison de la commission des droits de l'homme de l'UE envers l'Espagne, vous n'en parlez pas, ça vous gêne bien sûr que vos chers amis du PP soient accusés d'être des anti démocrates qui emprisonnent des élus pour leurs idées politiques. Tout comme le fait que la justice espagnole soit aux ordres...........

Vous êtes très bien endoctriné, wink c'est pas commun. 

Je n'ai aucun ami au PP, et les élus qui ont été emprisonnés l'ont été parce qu'ils ont fait une tentative de coup d'état.

SOS racisme a alerté du danger que représentait pour la Catalogne un raciste comme votre poulain, et Reporter sans frontière a condamné les intimidations faites par vos amis contre les journaux non nationalistes, et l'ONU n'a jamais condamné l'Espagne. 

 Mais bonne chance à vous et à vos projets de république libre des bêtes, hyènes, charognards, et autres immondices espagnols, c'est comme ça que votre très démocratique président appelle les espagnols.

"Bien sûr que non, Puigdemont ne sera pas livré à l'Espagne par l'Allemagne..."

Attention JPM2! Nous sommes dans une époque formidable et comme tu n'es pas Madame Soleil je m'abstiendrais d'une telle affirmation !

Au sujet de l'histoire du divorce, c'est l'argument préféré des nationalistes pour simplifier et caricaturer outrancièrement la problématique Catalane. En réduisant le problème à l'échelle de deux personnes, cela suppose qu'il n'y a que deux volontés...

La réalité est beaucoup plus complexe. Tous les habitants de Catalogne ne veulent pas divorcer de l'Espagne. Certains peuvent vouloir établir un autre type de relation. D'autres considèrent déjà que l'existant est bon. Pour d'autres, cela ne les dérange même pas. Le divorce d'un couple est une affaire de deux personnes. L'indépendance de la Catalogne est une affaire de 47 millions de personnes! Et bien sûr, aussi bien du coté Catalan comme du coté Espagnol, ces millions de personnes ne sont pas d'accord entre elles, il n'y a pas de volonté unanime. 

Bref, la caricature du divorce est une pirouette, une diversion qui n'a rien à voir avec la réalité Catalane !

Le petit mignon s'est sans doute inspiré du mouvement  espagnol Ciudadanos, le grand frère d'En marche. Ni gauche ni droite bla bla bla...

Ludovic Lamant vous avez une vision assez distante (ou une persistance rétinienne) de la politique catalane et espagnole.

- Ciudadanos n'est plus, s'il l'a jamais été, le regroupement de yuppies ou de cadres urbains propres sur eux, façon En Marche, cherchant une modernisation libérale sur le plan économique comme sociétal (il n'y a jamais eu de place pour le social chez eux). D'abord on a sous estimé leur ancrage à droite et des leaders ayant des origines familiales dans la notabilité franquiste et phalangiste. Avec la crise catalane on les retrouve ultranationalistes espagnols, cherchant à doubler le PP sur la droite (s'en différenciant par "l'honnêteté"et une moindre place accordée à la religion), mais on est loin de la refondation de la droite espagnole et encore moins d'une évolution vers le centre.
Ciudadanos refuse toute remise en cause du franquisme, ni dans son rôle dans l'histoire considéré comme positif, ni dans les aspects mémoriels (comme PP Ciudadanos soutien les associations de mémoire franquiste dont celle qui entretien le tombeau et la mémoire de Franco pour plusieurs millions d'Euros annuels, s'oppose à ce que l'on supprime les noms et symboles franquistes toujours présents et comme le PP finance le rapatriement des morts de la Division Azul (les espagnols ayant combattu dans les SS pour aider Hitler contre le communisme) pendant que les exhumations de républicains, les identification et restitution aux familles et leur réhabilitation sont à l'arrêt. Enfin, Ciudadanos ne progresse qu'au détriment du PP, ce qui fait que l'unionisme stagne ou régresse globalement si on met le PSC dans le paquet espanyoliste.

- PDExCat, n'est plus vraiment la formation conservatrice qu'était CiU. Déjà Unio en est partie qui représentait une part de la bonne bourgeoisie d'affaire et de notables de Barcelone (autonomiste plus qu'indépendantiste et souvent catholique), la mise à l'écart d'Artur Mas forcée par la CUP, la montée en puissance de Puigdemont et le programme (et les textes) votées par l'alliance JxCat, ERC et CUP depuis 2015 (et souvent retoquées par les autorités espagnoles) sont clairement de gauche il suffit de voir sur le droit du travail, l'équivalent du RSA, le droit des femmes, les réfugiés, la mémoire de la guerre civile et du droit des anciens républicains et de leurs familles etc comment la Catalogne se différencie de l'Espagne. D'ailleurs Puigemont et ERC se sont partagés au moins autant que Podem(os) les électeurs déçus par un socialisme passé plus à droite que le PS hollandisé c'est tout dire.

- Enfin Ada Colau est quand même prise entre deux feux, d'un coté son parti de rattachement, Podemos, devenu nettement espanyoliste et le PSC qui la soutient et une base barcelonaise qui rejoint le catalanisme de gauche (ERC et CUP). Mais les municipales pourraient voir ces Catalanistes de gauche cesser de soutenir sa majorité et proposer une alternative ERC-CUP-JxCat ou soutenir Colau avec JxCat contre le vidage du PS et un renforcement du catalanisme de la mairie. Et ce d'autant plus que des dirigeants catalans de Podem comme Alberto Dante-Fachin ont quitté Podem(os) et Ada Colau pour rejoindre l'ERC. 

Les catalanistes sont majoritaire face aux unionistes, la gauche est majoritaire sur la droite 




"JxCat, .....clairement de gauche" comme le psoe clairement fasciste ! 

A vouloir trop démontrer on peut prendre les vessies pour des lanternes. 

Le PSOE clairement sur la ligne Hollande et même pire de soumission à l'ordolibéralisme austéritaire. Et le PSOE qui s'est soumis à Rajoy et lui sert de béquille en échange de ... rien sinon un vague engagement à une possible réforme de la constitution (rien n'a évidemment été fait). 

Et si le PSOE n'est pas devenu fasciste, ses dirigeants espagnols et catalans défilent dans les manifestations anticatalanes avec le PP et des vieux et des jeunes gens en uniforme de la phalange qui chantent "Cara al sol". Comme quoi, leur mémoire ne semble pas les déranger.

Il y a tellement de demi-vérités, et de contre-vérités dans cette tirade d'Arpaillange, et sur un ton tellement exalté, qu'il est contre productif, pas la peine de répondre.

Ce que je voit surtout, c'est qu'il est dépité qu'on commence à prendre la mesure de ce qu'est vraiment le nationalisme Catalan.

Et surtout que ciutadan's, parti Catalan, soit majoritaire dans les quartiers populaires de Barcelone et sa banlieue. Qui n'est évidement pas la caricature qu'il en fait. 

Notre ami Arpaillange se garde bien de rapporter les propos de son poulain rapport au mouvement des indignés, que la police Catalane dispersa à coup de matraque.

Lorsqu'à Barcelone ils essayèrent d'imiter ce qui se passait à Madrid,  que la municipalité et le gouvernement régional PP autorisa, à l'inverse du gouvernement nationaliste Catalan, que l'impayable Raymond prend pour des révolutionnaires.  

http://www.elmati.cat/article/1686/un-dia-de-furia-i-de-vergonya

Mouvement des indignés qu'il compare au coup d'état de Tejero le 21 fevrier 1981.et La CUP qui favorise ce raciste réactionnaire.

Au bal des faux culs Catalans, la CUP n'est pas dans l'orchestre.

 

  • Nouveau
  • 15/05/2018 15:16
  • Par

Enfin Médiapart découvre que l'indépendantisme "ne règle rien" et que parmi ses promoteurs se cachent des personnes peu recommandables.

Les indépendantistes catalans ont donc finalement choisi un raciste patenté pour présider leur exécutif.

5 mois pour en arriver là, chapeau !

Que d'âneries, mon Dieu !

  • Nouveau
  • 15/05/2018 21:51
  • Par

Que veut dire l'auteur de l'article ; treize "prisonniers politiques" ...

Donc, ce sont des prisonniers de droit commun .     J'ai faux ... ou il a faux  !

Ce sont des apprentis putchistes qui ont raté leur coup, tout simplement, pas des prisonniers politiques, ou des gens emprisonnés pour leurs idées.

Les idées de ces pékins emprisonnés, sont celles du nouveau président de la Catalogne, et il n'est pas en prison, mieux, la suspension de l'autonomie va être levé. Preuve de la stupidité de ceux qui prétendent qu'on emprisonne en Espagne pour des idées. 

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale