Cinq séparatistes catalans emprisonnés autorisés à prêter serment au Parlement

Par
Le Tribunal suprême espagnol a ordonné mardi que cinq dirigeants séparatistes catalans emprisonnés soient autorisés à sortir de prison mardi prochain pour prêter serment au Parlement, mais refusé le report du procès sur leur rôle dans la tentative de sécession de la Catalogne en 2017.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

MADRID (Reuters) - Le Tribunal suprême espagnol a ordonné mardi que cinq dirigeants séparatistes catalans emprisonnés soient autorisés à sortir de prison mardi prochain pour prêter serment au Parlement, mais refusé le report du procès sur leur rôle dans la tentative de sécession de la Catalogne en 2017.

Oriol Junqueras, Josep Rull, Jordi Turull et Jordi Sanchez ont été élus lors des législatives du 28 avril au Congrès des députés, la chambre basse du parlement, et Raul Romeva au Sénat.

Les cinq dirigeants sont jugés pour rébellion, sédition et détournement de fonds publics lors de l'organisation en 2017 du référendum d'autodétermination de la Catalogne, qui avait été déclaré illégal par la justice espagnole.

Le Tribunal suprême a rejeté leur demande d'ajournement du procès, ainsi que celle à pouvoir bénéficier de l'immunité parlementaire.

Dans son arrêt, il précise qu'il "n'accepte pas la demande de remise en liberté de Junqueras, Rull, Turull, Sanchez et Romeva mais autorise leur sortie de prison le 21 mai pour assister à la session inaugurale du Congrès et du Sénat".

Les séparatistes devront être placés sous haute sécurité policière et regagner leur cellule dès la fin de la réunion du Parlement, ajoute-t-il.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale