À Madrid, Bankia est en ruines mais fait expulser les mauvais payeurs

Par

Pas moins de quarante expulsions ont lieu chaque jour dans la région de Madrid, aux dépens de ménages piégés par leurs prêts immobiliers. Et la première banque à les ordonner n'est autre que Bankia, qui vient d'être sauvée par des milliards d'euros d'argent public. Reportage sur les lieux d'une expulsion.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyé spécial à Torrejon de la Calzada (Espagne),

La maison est facile à trouver : une voiture de police s'est garée en face, au petit matin. Dès huit heures, un attroupement de voisins et d'activistes se forme, devant la barrière de l'entrée, à l'ombre d'un épais chèvrefeuille. Au numéro 15 de cette rue de Torrejon de la Calzada, dans la lointaine banlieue sud de Madrid, vivent trois Colombiennes : une grand-mère, une mère et sa fille, sur le point de se faire expulser, jeudi 14 juin. L'opération est prévue pour 11 heures.