En Espagne, la rivalité socialistes-Podemos domine le grand débat télévisé

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il a fini par descendre dans l’arène pour débattre. Lors de la précédente campagne électorale espagnole, en décembre 2015, le premier ministre Mariano Rajoy avait refusé de participer aux débats télévisés à quatre. Il avait à peine accepté, du bout des lèvres, de participer à un face-à-face « à l’ancienne » avec Pedro Sanchez, le candidat du PSOE (socialiste), dans la toute dernière ligne droite. Pour le reste, il avait envoyé au front sa numéro deux, Soraya Sáenz de Santamaría – qui n’avait pas démérité.