L'Europe échoue à lutter contre le trafic illégal de bois

Par

Depuis 2003, l’UE et ses États membres ont dépensé près d’un milliard d’euros dans un plan de lutte contre le commerce de bois tropical illégal, qui se révèle inefficace. Mais cela ne semble gêner personne, y compris chez les ONG de défense de l’environnement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En 2003, la Commission européenne l’assurait : elle avait trouvé la recette miracle pour mettre fin à l’exploitation illégale des forêts tropicales et au commerce de bois qui y est associé. Cette solution, c’était un plan d’action, baptisé FLEGT (pour « Forest Law Enforcement, Governance and Trade »). Avec lui, tout allait changer : les États producteurs ne perdraient plus chaque année 10 à 15 milliards de dollars de recettes fiscales ; l’environnement, le climat et les dizaines de millions de personnes vivant des produits forestiers ne souffriraient plus des coupes sauvages des forêts.