Mondial: La Russie a résisté à l'isolement, assure le gouvernement

Par
Le gouvernement russe s'est félicité jeudi de l'affluence étrangère pour la Coupe du monde de football, malgré les efforts déployés par les puissances occidentales pour accroître son isolement sur le plan politique.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

MOSCOU (Reuters) - Le gouvernement russe s'est félicité jeudi de l'affluence étrangère pour la Coupe du monde de football, malgré les efforts déployés par les puissances occidentales pour accroître son isolement sur le plan politique.

Moscou s'est plaint récemment d'un prétendu complot occidental visant à discréditer le Mondial, accusations relancées par les tensions avec Londres après la tentative d'assassinat de l'ex-agent double russe Sergueï Skripal, début mars dans le sud de l'Angleterre.

"Les tentatives de boycott étaient dès le départ vouées à l'échec. Cela montre à quel point les politiciens étrangers sont parfois coupés de la réalité", déclare le vice-Premier ministre Vitali Moutko, un proche de Vladimir Poutine qui a longtemps été ministre des Sports, dans un entretien accordé aux Izvestia.

Selon le Kremlin, une quinzaine de dirigeants étrangers devaient assister à la cérémonie d'ouverture au stade Loujniki de Moscou, en présence de Vladimir Poutine, mais huit viennent d'ex-Etats membres de l'Union soviétique et deux de régions sécessionnistes de Géorgie. Rwanda, Liban, Panama et Corée du Nord ont également dépêché des représentants, d'après Moscou.

"LA RUSSIE AU CENTRE DU TERRAIN"

Le président russe s'est félicité mercredi que la Fédération internationale de football (Fifa) ait su se tenir à l'écart de la politique et a souhaité que le sport contribue à l'avènement d'un "humanité sans frontières".

"La Russie au centre du terrain. La victoire principale est d'ores et déjà acquise ", titre la Rossiskaïa Gazeta, saluant les efforts déployés pour l'organisation de la compétition.

Le président Emmanuel Macron a annoncé son intention d'assister aux matches de l'équipe de France si elle va en demi-finale mais la plupart des chefs d'Etat et de gouvernement occidentaux ont décidé de bouder la compétition. Les chancelleries ont par ailleurs invité leurs ressortissants à se méfier des hooligans russes et les ont avertis des risques de harcèlement racial ou homophobe.

"Tous les pays s'accusent mutuellement de racisme, d'homophobie, ce qui n'a rien à voir avec la Coupe du monde", a déclaré Dmitri Peskov, porte-parole de la présidence russe. "Quant aux femmes de Russie, elles peuvent tout gérer elles-mêmes", a-t-il ajouté, évoquant les mises en garde d'un député russe qui leur a recommandé d'éviter les rapports sexuels avec des étrangers.

Le Kremlin a invité les Russes à faire bon accueil aux 200.000 spectateurs qui ont déjà fait le déplacement pour suivre l'une des 32 équipes engagées dans le tournoi et à soutenir la leur, qui est la plus mal lotie au classement de la Fifa. La Russie affronte l'Arabie saoudite en match d'ouverture.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale