Le PDG d'Air Algérie licencie plusieurs grévistes, mais se dit «ouvert au dialogue»

Par
Alors que la grève entamée lundi 11 juillet par 900 stewards et hôtesses de l'air d'Air Algérie se poursuit, le PDG de la compagnie, Mohamed Salah Boultif, s'est dit «ouvert au dialogue (...) même pour le personnel licencié». Le gouvernement algérien a réagi en pressant au dialogue dans le «respect strict de la loi» et en affrétant des avions pour acheminer les voyageurs.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Alors que la grève entamée lundi 11 juillet par 900 stewards et hôtesses de l'air d'Air Algérie se poursuit, le PDG de la compagnie, Mohamed Salah Boultif, qui avait annoncé des «mesures disciplinaires» contre les meneurs, s'est dit «ouvert au dialogue»: «Ils reprennent le travail et tout est discutable, même pour le personnel licencié», a-t-il déclaré jeudi 14 juillet sur la radio nationale Chaîne 3, confirmant ainsi une vague de licenciements parmi les grévistes.