Glyphosate: après la condamnation de Monsanto, la défense des victimes se réorganise

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« C’est la fin d’un empire. » Émilie Gaillard, enseignante-chercheuse en droit privé à Sciences-Po Rennes et membre du comité d’organisation du « Tribunal Monsanto » qui s’est tenu à La Haye en octobre 2016, veut y croire. « Ce n’est qu’un jugement en première instance et il faut bien entendu attendre l’issue de la procédure en appel », mais pour cette juriste, qui cherche à poser les bases d’un « droit des générations futures », la victoire du jardinier américain Dewayne Johnson face à la société Monsanto, vendredi 10 août, est bien le signe de la « fin d’un système qui ne peut plus perdurer ».