Glyphosate: après la condamnation de Monsanto, la défense des victimes se réorganise

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

" ...il faut travailler plus et donc créer des emplois dans l’agriculture"

C'est là que le bât blesse...car dans le monde "merveilleux" du capitalisme néolibéral  et des parasites qui l'accompagne, leur seule préoccupation c'est de maximiser les profits en diminuant au max les dépenses  sans se soucier des conséquences néfastes sur la plèbe et sur la terre! je sais ... c'est une lapalissade que de le dire ...mais bon toujours utile de le rappeler! effectivement comme tu le dis si bien ce n'est pas qu'un problème écologique et sanitaire mais aussi géo stratégico economico politiquo :) ! les "comment" c'est bien...mais surtout pourquoi? oui pourquoi nos gouvernements laisse faire ou "traîne les pieds", quels intérêts ils en tirent? là est la vrai question. Faire culpabiliser ..(euh) responsabiliser la plèbe que chacun peut faire un geste pour la planète en triant ses déchets, avoir une conduite plus souple, manger bio.. etc,etc...est du foutage de gueule, c'est un écran de fumé pur faire diversion et laisser faire les vrais responsables à (r)amasser leur satané pognon !

Le peuple  doit être traité comme un mouton, et surveillé comme l'est un troupeau.

Toute idée et doctrine qui remettrait en cause le système et  l'ordre établi doit être combattu et être considérée comme subversive et  que ces auteurs soient désignés  comme tels.

Pour faire rentrer le mouton noir dans le troupeau, rien de plus simple : lui proposer de l'argent et du pouvoir !

 

Le capitalisme néolibéral n'est entretenu que par nos modes et  nos types de consommations :

pour citer Coluche : "quand on pense qu'il suffirait que les gens cessent d'acheter un produit pour qu'il ne se vende plus". Donc pas uniquement directement le glyphosate bien sûr, mais toute l'agriculture qui en est issue.

Eh oui, comme le dit également Pierre Rabhi, faisons notre "part du Colibri" et cessons d'acheter dans les supermachés et même au marché, les produits issus de l'agriculture intensive : choisir la bio, choisir le producteur local dont on connaît les pratiques !

C'est moins facile en ville qu'à la campagne, mais pas impossible. Sinon la bio n'aurait jamais décollé, les chambres d'hôtes non plus face aux hôtels etc. Tous responsables.

A bon entendeur..

 ... « il faut travailler plus et donc créer des emplois dans l’agriculture. Accompagner financièrement cette mutation écologique et humaine de l’agriculture »…

 Je ne vois pas le système actuel accompagner cette mutation écologique et humaine.

D’où l’absolue nécessité de créer une monnaie complémentaire permettant non seulement la création de ces emplois mais leur, plus que correcte, rémunération.

Où sont les vrais écolos allemands ?

Il fut pourtant un temps où leur ministre des affaires étrangères était officiellement Grunen   yell

Moutruche © x Moutruche © x

 

Mougeon © x Mougeon © x

Plus de main d'œuvre = agriculture plus chère => impossible sans lutter contre la concurrence libre et non faussée (=TFUE) => nécessité de protectionnisme = sortie de l'UE. Les agriculteurs le disent : on peut produire la qualité que vous voulez à condition d'y mettre le vrai prix et non pas de la merde (Jean-Pierre Coffe) pas chère.

A bon entendeur..

Question simple posée à une des employées de la supérette bio dans laquelle je m'approvisionne plusieurs fois par semaine depuis des années :

Avez-vous une nouvelle quelques nouveaux clients depuis la première condamnation de Monsanto/Bayer ?

Réponse : Non !

Toujours globalement les mêmes clients, les "habitués" avec les quelques touristes de passage dans la région, très touristiques, mais ils ne sont pas très nombreux.

En clair, le "citoyens" est un parfait mouton qui attend que nos "élites agissent" !

Les cons ! Désolé, du terme mais quand on est assez stupide pour penser que les sociopathes/psychopathes qui occupent tout les postes de pouvoir peuvent avoir le moindre intérêt pour la santé, l'avenir de ceux qui comptent pour rien, je ne vois pour rester poli que le mot "Con" :-).

L'écologie et l'agriculture doivent se retrouver mais cela ne se fera pas contre les agriculteurs, les hommes et femmes politiques qui depuis 50 ans évitent de gérer ces sujets de productivité/qualité en agriculture ont beau jeu d'hurler avec la meute car ils n'adoptent la posture écologique qu'une fois face au mur.

Idem , pour le nucléaire dont l'industrie se plante actuellement et que la Gauche et Droite française ont plébiscité au nom de la défense des emplois et du génie français dans un monde qui s'en est détourné et vise les énergies renouvelables.

En 2014, M.Bové à M.Mélenchon:« Plus je discute avec les cons, plus je les rends intelligents »

Nul doute que M.Mélenchon a progressé ..., il lui reste de la marge et il faut que la FI continue d'en apprendre auprès des écologistes.

Citer Pierre Rabhi ???  Ce pétainiste avéré ? Cet ami du Medef ? Vous devriez lire l'article que lui consacre J.B. Malet dans le Monde Diplo du mois d'août, j'espère que cela suffira à tempérer vos ardeurs colibristes. Un illusionniste  pire encore que Hulot et Yann Arthus Bertrand : il a entraîné dans son sillage des milliers de gens naïfs, pavés de bonnes intentions, fascinés par ce gourou équivoque qui leur a fait croire qu'ils militaient pour la planète....

cette organisation a un comportement " sicilien ", calabrais ou napolitain....clanique  ! elle est présente au ministère dont beaucoup de membres s'y recyclent.

par ailleurs, elle s'est accaparée les chambres d'agricultures et toutes les commissions, qui n'accordent des aides qu'à leurs adhérents....contraints.

Cette condamnation est totalement justifiée et heureuse

Mais une condamnation spectaculaire par un seul tribunal ne "prouve" rien.

A quand les 100 condamnations par cent tribunaux dans 25 des plus gros pays de la planète ?

En attendant les agricultueurs continueront de nous empoisonner "raisonnablement" pendant que d'autres enfin se mettront au bio

Nos irresponsables politiques devraient mieux financer les trois ans financièrement délicats de reconversion.

Comment obtenir cela ?

Même si malheureusement ce sera avec  des unités de comptes inventées sur un ordinateur de Bercy et pas avec des vrais euros correspondant à des vraies richesses, de l'or et de l'argent en particulier 

Nos irresponsables politiques devraient mieux financer les trois ans financièrement délicats de reconversion.

Irresponsables ?

Mais ils sont les "gagnants du système" :-)

Pourquoi voulez-vous que les gagnants change un système qui a fait d'eux des "vainqueurs" dans l'évolution ?

Même si bien sur, ils vivent dans l'illusion d'être des gagnants car ce ne sont que de petits valets qu service des "Puissants" :-)

Mais cela ne change rien au fait que c'est à nous d'agir ... Nous, les "perdants".

Qui nous "obligent" à manger de la merde ?

les morts prématurés se comptent par (au moins) dizaines de millions, dans l'indifférence des politiques

Ben oui! ça fait des économies...

Laisse pas Marie Monique penser a ta place,vu comment elle pense en vrac.

et ment souvent, tant que ça l arrange

Le grossiste contenait du glyphosate ? 

Et il n'avait pas porté plainte ? surprised

  • Nouveau
  • 14/08/2018 20:51
  • Par

Ce serait bien d'expliquer le calcul des juges pour les 250 M€. Le prix d'une vie ??

Ce serait une vraie info....! 

j'ai bien compris le sens de son commentaire ; j'en ai juste rajouté une couche pour aller dans son sens

surtout que Christophe Chomant n' est pas insoumis mais lrem. Comme quoi on trouve des types bien un peu partout. Tuons vite le sectarisme FI

JLM JLM

 

Tout ça, c'est la faute à Mélenchon...

Evidemment que Melonchon est le premier responsable du succès de Macron.

Et surtout les militants FI qui auraient dû désigner comme candidat  une femme agréable à regarder (Réalisme)  sachant s'exprimer publiquement et avant tout sincèrement altruiste.

Entourée d'une bonne équipe mixte de non fanatiques aveugles

Elle serait - peut-être car ... - encore à l'Elysée.

Et moi et moi et moi © Le Canard du 6 juin Et moi et moi et moi © Le Canard du 6 juin

De deux choses l'une.

- Ou bien ce produit est inoffensif .... alors pourquoi l'interdire

- Ou bien il est dangereux .... alors pourquoi attendre 3 ou 5 ans pour l'interdire

De toute façon avec le jeu pervers des "dérogations" la loi est totalement dénaturée et ne sert plus à rien et ces "dérogations" relèvent de la plus pure hypocrisie ...

En matière de contournement des lois qu'ils édictent nos gouvernements, ou ce qui en tient lieu, excellent  et la macronie semble battre à plates coutures tous les autres en matière d'hypocrisie

c'est évident , chacun peut se faire son opinion sur la force des lobbies

Pour mettre un peu d'ambiance chez les bobos....

 

Dewayne Johnson (avocats prédateurs) c. Monsanto : dérapages à tous les étages

 

André Heitz*

 

 

 

Recette pour 289 millions de dollars (en principe) :

  • Une grande entreprise fabriquant un produit susceptible d'être accusé de provoquer une atteinte à la santé ou l'intégrité d'une personne ;
  • Une personne ayant été ainsi atteinte, susceptible d'incriminer ledit produit (ou simplement un comportement incorrect de l'entreprise, notamment un défaut d'information) ;
  • Un cabinet d'avocats « prédateurs » ayant recruté cette personne (souvent par petites annonces) contre promesse de participation aux gains éventuels ;
  • Un système judiciaire favorable au racket judiciaire ;
  • Un jury de citoyens dépassés par la cause et conscients du fait qu'un jour, ils pourraient aussi gagner un pactole.

Recette pour un dérapage médiatique : la médiocre médiacratie française.

Recette pour un dérapage politique : Nicolas Hulot et quelques autres (à suivre).

 

 

 

 

 

Le vendredi 10 août 2018, la Cour Supérieure de l'État de Californie pour le Comté de San Francisco a rendu son verdict dans l'affaire Dewayne Johnson c. Monsanto. Elle a conclu, selon les comptes rendus dans la presse :

 

  • que deux produits de Monsantoà base de glyphosate, le Ranger Pro et le Roundup Pro étaient « un facteur substantiel » du mycosis fongoïde, une forme de lymphome qui affecte la peau, de M. Johnson ;

  • que les risques posés par ces produits « étaient connus ou pouvaient être connus à la lumière des connaissances généralement admises par la communauté scientifique au moment de leur fabrication, de leur distribution et de leur vente» ;

  • que Monsantoavait failli à en informer ses clients ;

  • que Monsantoavait agi avec « malveillance » (« malice », en anglais) ;

  • que Monsanto devait verser 289 millions de dollars (253 millions d'euros) à M. Johnson.


 

Les médias sont quasiment unanimes pour saluer ce verdict, souvent qualifié d'« historique ».

 

 

Mais ce verdict n'est pas historique par l'énormité des montants alloués au plaignant.

 

Ainsi, en août 2017, le jury d'un tribunal de Los Angeles condamnait Johnson & Johnson à payer 417 millions de dollars. Le 12 juillet 2018, un tribunal de St. Louis (Missouri) est parvenu à 4,69 milliards de dollars dans un procès intenté par 22 femmes et leurs familles, soit 213 millions en moyenne par plainte. Dans tous ces cas, les plaignantes (ou leurs ayants droit) alléguaient que leur cancer des ovaires avait été causé par leur usage du talc de J. & J. pour leur toilette intime.

 

Coïncidence, les plaintes se fondent en partie sur le classement du talc en « possiblement cancérogène » (le niveau inférieur à celui du glyphosate) en utilisation périnéale par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC).

 

 

Ce verdict n'est pas non plus historique par la démonstration de la faillite – avérée depuis longtemps – du système judiciaire états-unien.

 

Ce système permet à des cabinets d'avocats prédateurs de lancer des actions individuelles et collectives contre des agents économiques aux poches profondes, en se servant de drames humains, dans l'espoir d'obtenir d'un jury sans qualifications particulières pour juger de problèmes complexes des verdicts de dommages-intérêts et de dommages punitifs extravagants. Les montants alloués servent en principe à financer les investissements, à rémunérer grassement les cabinets d'avocats et rétribuer les plaignants, souvent recrutés par petites annonces.

 

Dewayne Johnson c. Monsanto n'est pas le combat du petit David jardinier contre le géant Goliath empoisonneur, mais celui de géants d'une flibuste judiciaire contre une grande entreprise.

 

 

Ce verdict ne change rien au constat d'innocuité du glyphosate et des produits à base de glyphosate.

 

Le jury de la Cour Supérieure n'a pas procédé à un examen des éléments de preuve relatifs à l'innocuité ou la nocivité du glyphosate et des produits à base de glyphosate. Il a entendu des avocats, des témoins, des « témoins experts » – grassement payés pour certains – et des experts dans une procédure contradictoire dans laquelle l'accusation a présenté ses meilleurs arguments et la défense ses meilleures réponses à ces arguments.

 

Ce verdict ne saurait invalider le consensus scientifique fondé sur des centaines d'études et des dizaines d'analyses des éléments de preuve : le glyphosate est sûr s'agissant tant des résidus que l'on peut trouver dans l'alimentation que de son utilisation conformément aux préconisations d'emploi. Ce consensus est confirmé par les évaluations de toutes les agences qui y ont procédé (FAO et OMS, EFSA, EChA, autorités de l'Allemagne, de l'Australie, du Canada, de la Corée du Sud, des États-Unis d'Amérique, de la France, du Japon, de la Nouvelle-Zélande et de la Suisse).

 

Le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) a quant à lui procédé à une évaluation du danger, et pas du risque. Sa conclusion repose sur des « preuves limitées » de cancérogénicité chez l'Homme, preuves qui ont été invalidées par la suite par une grande étude de cohorte états-unienne [Andreotti et al., 2018) et une analyse poolée américano-canadienne de plusieurs études cas-témoins [projet NAPP, non publié dans une revue, mais présentation détaillée ici].

 

 

 

 

 

Ce verdict est contradictoire et a priori mal fondé en droit et en fait.

 

L'accusation n'a manifestement pas pu démontrer un lien de cause à effet. Le jury a retenu une notion de « facteur substantiel » qui ne résiste pas à une confrontation avec les données épidémiologiques, ainsi que l'affirmation vague que les risques « étaient connus ou pouvaient être connus... ». En tout état de cause, les « connaissances généralement admises par la communauté scientifique » concluent à des risques très faibles (l'absence de risques est indémontrable).

 

Comment pourrait-il en être autrement ? Le glyphosate est l'herbicide le plus utilisé au monde et présente un historique d'utilisation sûre de plus de 40 ans. Les gouvernements et les autorités de dizaines de pays, ainsi que leurs experts, n'auraient pas perçu les risques (prétendument connus ou pouvant être connus...) que 12 jurés béotiens auraient identifiés dans le cadre d'un mois de procès ?

 

 

Ce verdict fait l'objet d'un appel

 

Comme tous les verdicts extravagants précédents – dans ce pays où un jury peut accorder 2,86 millions de dollars en réparation d'une brûlure causée par du café chaud de Starbucks – le verdict de la Cour Supérieure fera l'objet d'un appel de la part de Monsanto.

 

Les avocats prédateurs n'ont donc obtenu qu'une victoire d'étape dans une procédure qui sera longue et qui risque de se terminer devant la Cour Suprême, compte tenu des investissements qu'ils ont consentis et des intérêts en jeu pour Monsanto. Ou se terminer par un arrangement confidentiel.

 

 

Le véritable enjeu d'une information de qualité

 

Les premiers comptes rendus des médias ont – fort naturellement – fait preuve d'un certain emballement. À l'excitation initiale doit suivre une réflexion plus sereine et une information incluant des éléments de pédagogie (voir à cet égard, pour juger de l'ampleur du problème, les commentaires au bas des articles de presse).

 

Le regard sur les questions de santé liées aux pesticides se doit d'être objectif et rationnel, d'autant plus que les activistes sauront instrumentaliser ce verdict pour faire avancer leurs propres intérêts et ceux des secteurs économiques qu'ils servent sciemment ou par ignorance et promouvoir des politiques désastreuses.

 

L'enjeu dépasse le sort qui sera réservé au glyphosate, qui n'est que le premier d'un alignement de dominos. Le véritable enjeu, c'est la capacité de notre agriculture et de nos agriculteurs d'assurer notre souveraineté et notre sécurité alimentaires – de nous nourrir.

 

 

* André Heitz est ingénieur agronome et fonctionnaire international du système des Nations Unies à la retraite. Il a servi l’Union internationale pour la protection des obtentions végétales (UPOV) et l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI). Dans son dernier poste, il a été le directeur du Bureau de coordination de l’OMPI à Bruxelles.

 

 

 

Et encore les faux exemples de l amiante et du tabac, ou le consensus scientifique était total sur la toxicité, avant qu on essaye de jouer , un peu, avec ...

ET c était pas du "probable" ... c était sur.

 

01:15 C’est quoi un bon lobbyiste ?
02:02 C’est quoi le lobbying ?
02:37 Comment on oriente une loi ?

POUVOIR DES LOBBIES EN EUROPE : L'ENTRETIEN AVEC CEO POUR TOUT COMPRENDRE © Osons Causer


04:14 Combien de député posent les amendements des lobbyistes ?
05:20 Comment se décide une loi en Europe ?
06:06 Quelle est l’étape la plus cruciale pour le lobbyiste ?
08:50 Lobbying : quels moyens pour les différents acteurs ?
11:07 D’autres exemples de ce parti pris ?
12:52 On peut « acheter » un dirigeant européen ?
14:30 Et les ONG font ça aussi ?
16:46 ça concerne aussi les fonctionnaires européens ?
18:28 Le TAFTA, un exemple de lobbying ?
22:34 Une science aux mains des lobbies ?
25:16 Que fait l’Europe pour contrôler les lobbies ?
27:38 Alors d’après vous, que faire ?

"l'austérité , c'est donc le bras armé des firmes pour empoisonner sans crainte""l'austérité, c'est très utile pour le secteur privé aussi pour ça :
 parce que ça tue toute capacité de rétorsion, de contre-expertise du secteur public «

 

Mais oui , vive l agriculture de grand papa ... vive le non contrôle des bactéries, mycotoxines  et le tas d autres toxiques tout a fait naturels ... Qu on le veuille ou non, la production agricole, malgré ses gros défauts est plus saine qu il y a 70 ans. ET ya PAS d augmentation des cancers. 

  • Nouveau
  • 14/08/2018 22:24
  • Par

Merci Justine Brabant

Une question cependant :

On a l'impression que les procédures aux USA contre MONSANTO ont commencées à partir de la fusion. Sans vouloir faire de conspirationnisme, serait-il possible que l'idée soit de faire payer l'Allemagne plutôt que les USA?

En résumé MONSANTO vend à BAYER une entreprise "florissante" mais qui risque à terme de l'être beaucoup moins si le montant des indemnités sont du même ordre pour toutes les victimes.

Fausse impression. Il y a des milliers de plaintes, déposées bien avant la fusion, et avant même le projet de fusion. De nombreux plaignants sont d'ailleurs inquiets de l'impact de la fusion sur les procès, car, loin de faire l'Allemagne, ou plutôt Bayer payer, cette fusion pourrait bien, pour certains, sonner le glas de leurs espoirs d'indemnisation. Comme le fait remarquer l'article, ce procès n'aurait même pas eu lieu maintenant si Dewayne Johnson n'était voué à une mort prochaine.

merci pour votre réponse concernant le nombre de plaintes, mais la réponse de @sdelsol le 14/08/2018 à 22:55  "Bien joué les américains, maintenant qu'ils ont vendu à Bayer(Europe)" ne parlais pas de l'indemnisation des victimes" me semble une piste intéressante.

PS : Je ne faisais pas allusion aux victimes du glyphosate mais à l'intérêt de la vente de Monsanto.

 

 4000 plaintes  en. cours!

Intégré ? C est intégré d utiliser des plantes qui mutent toutes seules et de faire croire que c est cause de Monsanto ?

C est intégré d aller chercher une exploration en biodynamie a l autre bout du monde pour dire que "ca marche", alors que le FIBL, Suisse-Allemand, a montré , si il était encore besoin , que ce n est qu une vaste fumisterie sectaire ?

Intégrité zéro ... idéologie douteuse ... 100%

Le Round-up est toujours autorisé aux Etats-Unis et le Glyphosate l’est egalement en Europe au moins pour les 5 prochaines années. 

Le juge américain est plus subtil, il motive son jugement en déclarant en substance, « qu’en l’état des connaissances actuelles », le Round-up est « potentiellement » dangereux  pour ses utilisateurs et que, de fait, il existe bien un risque pour la santé de ceux qui l’utilisent. 

Le délit est constitué par l’absence de toute information précise pour les utilisateurs d’un produit « potentiellement dangereux » et donc une « mise en danger d’autrui » volontaire de la part de Monsanto.

Ainsi il n’y a pas de démonstration absolue du lien de cause à effet entre le Round-up et le lymphome de la victime mais une présomption de toxicité qui doit imposer un devoir d’information pour Monsanto, une sorte de « principe de précaution ».

Bayer-Monsanto devra démontrer l’absolue innocuité du Round-up qui peut alors être vendu aux consommateurs américains sans aucune information particulière quant aux précautions d’utilisations. Ça sera difficile eu égard les positions prises notamment en Europe qui reconnaît déjà les effets nocifs du glyphosate.

ce n'est pa sle juge qui a fait condamner Monsanto mais un jury populaire, cad ,aux USA,10 personnes,citoyens lambda qui ont condamné ces salauds,et ca c'est extraordinaire!

Nous sommes aller chercher du tourteau de soja d'importation sur le port, les analyses montrent que non seulement il contenait ce désherbant mais que la plupart du temps, il était OGM, c'est à dire qu'il reçoit du glyphosate sur la plante, en culture. 

Les analyses qui ont été faites sur des parcelles en agriculture de conservation (ce mode de travail vise à implanter la nouvelle culture dans le couvert végétal, il faut détruire la végétation en place. ) depuis 20 ans n'en contiennent pas.

Quand Générations Futures fait des analyses sur les aliments déjà elle choisi les produits qui peuvent en contenir, ce n'est pas sérieux comme mode d'analyse. Affirmer ensuite que moitié des aliments sont contaminés n'est plus un argument recevable.

Ensuite on s’aperçoit par exemple que moitié des céréales du petit déjeuner ont des taux de résidus supérieurs à la norme. Pourquoi va t'on alors fabriquer ces flocons en Espagne alors que le blé français est indemne de ces soucis ?.

 

Les problèmes du glyphosate sont politiques et il serait trop long de vous en donner des éléments ici.

C'est soluble, pour peu qu'on le veuille :

pour citer Coluche : "quand on pense qu'il suffirait que les gens cessent d'acheter un produit pour qu'il ne se vende plus". Donc pas uniquement directement le glyphosate bien sûr, mais toute l'agriculture qui en est issue.

Eh oui, comme le dit également Pierre Rabhi, faisons notre "part du Colibri" et cessons d'acheter dans les supermachés et même au marché, les produits issus de l'agriculture intensive : choisir la bio, choisir le producteur local dont on connaît les pratiques !

A bon entendeur..

La part du Colibri ... adhérer  a la secte Steinerienne ... en étant bien sur aidé par les coach officiels, dont de sacrés charlatans

Eleuthère, tu vas faire shoking les chaisières !

ça ne peut que leur faire du bien de se le remuer un peu wink

Les Assis (Arthur Rimbaud) - Léo Ferré © Montecristo

Foutez-nous la paix avec vos chaisières yell

Ça fait longtemps qu'elles n'existent plus dans cette église catholique agonisante qui a, hélas, couvert bien des prêtres pédophiles.

Eux et leurs confrères insensément chastes ont malheureusement caricaturé notre Ineffable Source et Finalité en l'anthropomorphisant lamentablement. 

tongue-out

J'ai l'air con, je sais pas ce que c'est, les "chaisières". "Les assis" associaient bien derrière (si j'ose dire), voilà le com que j'ai laissé dans le fil YT :

  • Non seulement ce poème et ce chant n'ont "pas vieilli", mais ils ont, hélas, tragiquement rajeunis. Les assis sont now aux commandes du nucléaire, de la pétrochimie biocidaire, de la HMD, des perspectives de contrôle informatisé des populations connectées et de l'abandon à la mort par la guerre et les conséquences des pollutions pour toutes les autres. Et puis en Fr on connaît bien la CAF et Pôle-galère, n'est-ce pas? La piétaille déléguée des assis contre nous est maintenant déjà composée de robots sur lesquels les employés eux-même n'ont plus prise.

 

« Nous restons cependant convaincus que le glyphosate ne présente pas de danger pour la santé humaine lorsqu’il est utilisé conformément aux recommandations d’usage, en suivant les bonnes pratiques agricoles. ».... proposons donc à ces messieurs dames de chez Monsanto Bayer de se soumettre personnellement en situation experimentale controlée par des pesonnes independantes aux « recommandations d’usage, en suivant les bonnes pratiques agricoles » ! Ce sera possiblement le meilleur moyen de se débarasser d’eux .

  • Nouveau
  • 15/08/2018 13:21
  • Par

Un système où, malgré la multiplication d’études concluant à leur nocivité pour la santé humaine et pour l’environnement, une entreprise est autorisée à commercialiser ses produits

 le problème est que dans ce système mortifère ,  l'objectif   est de faire des bénéfices  pas  de respecter la vie humaine ...l'accumulation des richesses dans les mains d'une infime minorité permettra de mettre en place leur  fameux nouvel ordre mondial dont ils rêvent tant ...

La question est  aussi de savoir si  Monsanto aurait été condamnée aux états unis  si cette entreprise n'avait pas été rachetée par Bayer ??

 

ou elle est cette multiplication ? Nulle part, en fait c est l inverse

Encore un super article "bien comme il faut" contre le diable ..

Et il parait que les études se multiplient ... et on a droit au sempiternel classement du CIRC ...

C est bon on a compris, encore du journalisme de pacotille.

Le tout assorti d un tribunal populaire, donc totalement incompétent en la matière.

Et donc il faudrait nous informer de quoi et comment? Soyez gentil, condescendez à nous prêter vos clefs.

On n'arrête pas le progrès, un chou classe l'autre.

Une branche de ma famille était faite d'exploitants agricoles dans le Vaucluse et s'y sont bien enrichis mais en bossant d'arrache-pied : comme des nègres !

Le père, une force de la nature - est mort voici 30 ans  (à 55 ans) d'un cancer du cerveau foudroyant et déjà suspecté...

  • Aujourd'hui, c'est sa belle fille, ma chère Maria, 66 ans - qui a travaillé sur le domaine 30 années durant - qui a été opérée en janvier dernier puis en avril... d'une énorme et stupéfiant cancer digestif s'étant présenté dans l'urgence (gros comme un melon de Cavaillon !) au sujet duquel les spécialistes qui l'ont prise en charge ont été formels : les pesticides et herbicides !

Après deux énormes chirurgies ravageuses, elle attend les résultats (médicaux) de son infortune.

Il y a quelque chose de gagné me dis-je : aujourd'hui, si vous ne fumez pas, ne buvez pas et faites du sport (c'est son cas), les toubibs pensent, face à l'incompréhensible maladie, à vous demander votre activité professionnelle.

Je pense à elle, à son super mari (c'est lui mon cousin) ainsi qu'à ses géniaux enfants : Adeline et Fabien.

  • Nouveau
  • 15/08/2018 23:17
  • Par

Ségolène Royal pour une fois avait pris une bonne décision : Interdire le glyphosate pour les particuliers à partir du 1er janvier 2018 dans un premier temps. Evidemment, "les intelligents"  de La Rem ont déchirés avec un courage sa décision. Maintenant l’illuminé du bocal va pouvoir reprendre la même décision, au moins il aura fait quelque chose. C'est beau la politique quand on la découvre pour la première fois.

Monsanto est condamné... depuis que Monsanto est devenu européen (Bayer)

  • Nouveau
  • 26/08/2018 11:24
  • Par

Monsanto se rebiffe... pauvre Avaaz

« Mieux armées techniquement, les ONG attaquent plus fréquemment les groupes en justice. Cette guérilla les médiatise et mobilise leurs militants. En réaction, les entreprises les traînent devant les tribunaux. »

http://seppi.over-blog.com/2018/02/monsanto-se-rebiffe.pauvre-avaaz.html

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale