CETA, etc. De nouveaux passages en force à l’horizon

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyé spécial à Bruxelles (Belgique).-  Dans la dernière partie de son « discours sur l’état de l’Union » mercredi, Jean-Claude Juncker a cité, devant les eurodéputés réunis à Strasbourg, le nom d’Emmanuel Macron. Il l’a fait pour reprendre l’idée du président français de lancer des « conventions démocratiques » à travers toute l’Europe, en 2018, afin de rendre « l’Union plus démocratique ». À l’écouter, le Luxembourgeois est persuadé que « la démocratie européenne mérite mieux » et qu’il faut intensifier les débats avec les parlements nationaux et la société civile.