«La justice pénale internationale véhicule des illusions»

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Alors qu’Alep-Est croule sous les bombardements des avions syriens et russes et que ses habitants meurent et souffrent, Washington menace Moscou de sanctions tout en proposant l’ouverture d’un nouveau canal de négociations, tandis que Paris multiplie les gesticulations diplomatiques vaines. Après un voyage à Moscou où son collègue Serguei Lavrov l’a tout juste écouté, Jean-Marc Ayrault s’est rendu aux Nations unies, à New York, pour défendre devant le Conseil de sécurité un projet de résolution demandant l’arrêt des frappes sur Alep. Projet soutenu par 11 des 15 membres du Conseil, mais bloqué par un veto russe.