Le droit des femmes à l’égalité dans l’héritage affole le Maghreb

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

  • Nouveau
  • 14/10/2018 12:10
  • Par

Je ne suis pas sûr que militer pour des lois féministes soit un calcul judicieux pour améliorer le bien-être de la population tunisienne sachant que l'état de droit et les droits fondamentaux ne sont même pas respectés. Cela ressemble à un contre-feu politique du clan, de plus en plus contesté, Essebsi pour enrayer la descente aux enfers de la coalition hétéroclite Nida Tounès(rassemblement de nationalistes libéraux, populistes, communistes et ex-benalistes affairistes) .

150 ans après la déclaration des droits de l'homme et du citoyen, les femmes françaises n'avaient toujours pas le droit de vote. On ne modifie donc pas par ordonnance les sociétés patriarcales. C'est à la société elle même de faire remonter le besoin d'égalité entre hommes et femmes.

D'ailleurs aujourd'hui même dans les pays musulmans les plus orthodoxes, rien n'empêche un parent de modifier la part d'héritage d' un enfant au profit d'un autre indépendamment de son sexe. Voter ce genre de lois va tout simplement généraliser les procédures testamentaires patriarcales ou polariser une société déjà en crise.

 

 

‘La notion de testament n’existe pas au Maroc et peut être dans les pays arabes il faut que le partage soit fait du vivant et effectif  sinon c,est la sharia qui s’applique à savoir deux part pour un garçon une pour fille....et 1/6 pour la veuve...en absence de garçons,  les oncles entre dans la danse et ça devient compliqué.....

si les femmes françaises ont attendues 150 ans pour avoir le droit de vote c,est qu’elles votaient comme le curé le leur disait...et souvent à droite!

Votre texte , remarquable, qui est une évidence pour un laïque ,athée , comme moi devient une horreur pour un islamiste à barbe résident dans le Maroc profond et d’une manière générale dans un pays arabo musulman ceci montre l’ocean qui sépare ces deux points de vue !

Et comme d'habitude si on veut contrôler on sème la confusion !Tenez je me souviens d'une émission à France Inter  Il y a quelques années dans le sud de la France qui traîtait de la vie des bergers de moutons , et comment faire pour les faire monter dans les wagons en direction de l'abattoir , le journaliste demande au berger comment faîtes -vous pour les faire monter  et le berger lui ´répond , on a dressé un mouton à monter dans le Wagon et descend de l'autre coté le reste le suive , on ferme les portières , c'est un peu ca !

Vous vous trompez, la notion de testament existe bien au Maroc, même s'il ne peut porter que sur le tiers de l'héritage. Pour les parents n'ayant que des filles,  les EHPAD n'existant pas encore au Maroc, à un âge avancé les donations de nue propriété aux filles sont courantes en échange de leur entretien.

https://www.lavieeco.com/news/economie/votre-argent/argent/faire-son-testament-mode-demploi-6075.html

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Vous ne connaissez donc pas le mouvement de suffragettes, l'abbé Grégoire n'a jamais existé  , les femmes au sortir des deux guerres mondiales n'avaient pas participé à l'effort de guerre en remplaçant les hommes sur le marché du travail et les églises étaient pour la peine de mort les années ayant précédé 1981.

Toutes les lois que vous citez sont donc apparues ex-nihilo de l'esprit de quelques esprits d'"hommes forts" éclairés, la société civile ou les femmes ne sont en rien à l'origine de ces lois.

Votre propos illustre aussi que la vision d'un monde binaire est rassurante.

 

PS : Faire la promotion du dictateur Mustapha Kemal est cocasse pour quelqu'un qui se prétend pour le progrès. En miroir, on pourrait imaginer quelqu'un réhabiliter le califat ottoman puisque celui ci jugeait les alliés de M. Kemal pour les massacres d'Arméniens. Ses amis n'ont du leur salut ... qu'à son coup d'état.

La société a bien changé "naturellement" en occident, même en France. Et c'est bien pour cela qu'il a fallu presque un siècle pour voir le suffrage universel après la déclaration des droits de l'homme et plus de 150 ans pour voir le droit de vote des femmes.

Le rapport conflictuel avec l'église en France venait plus du fait qu'elle avait soutenu en majorité la monarchie contre la république jusqu'au bout.  

Accomplir en Tunisie, et plus généralement dans les pays musulmans, en quelques années par la force des lois ce que les sociétés occidentales ont mis 2 siècles à réaliser est illusoire. Le Chah d'Iran et les Soviétiques ne sont plus là pour en témoigner.

si les femmes françaises ont attendues 150 ans pour avoir le droit de vote c,est qu’elles votaient comme le curé le leur disait...et souvent à droite!

Oui, c'est ce que racontaient ceux qui ne voulaient pas du vote des femmes. Vieille histoire : les femmes sont irrationnelles (mais "intuitives"), influençables, incapables de réflexion et de faire un choix en connaissance de cause etc. Tandis que les hommes, hein ...

De votre remarque on pourrait conclure que pendant 150 ans les gouvernements successifs de la France ont tous été "de gauche" (notion qui n'existait pas) et anticléricaux. Et qu'ils se seraient donc opposés au vote des femmes uniquement pour éviter la mainmise du cléricalisme réactionnaire ...

Pour ma part je pense que les femmes ne sont ni plus, ni moins "éclairées" que les hommes, et qu'elles doivent donc comme eux avoir le droit de voter pour qui bon leur semble.

Et surtout, pendant la seconde guerre mondiale, il y avait de nombreuses femmes résistantes.

La Convention nationale a été élue au suffrage universel en 1792 (sans les femmes).

Pendant la révolution, les citoyens passifs, qui n'avaient pas le droit de vote, ont combattu l'ennemi, et nombre d'entre eux étaient volontaires. Comment leur refuser la citoyenneté après cela !

Idem pour les femmes, résistantes en 40.

De toute façon, ça n'a pas de sens de dire que les femmes ont attendu le droit de vote pendant 150 ans parce qu'elles votaient comme le curé le leur disait. Ça n'a pas de sens, parce qu'elles n'avaient pas le droit de vote, et ne pouvaient donc voter comme le curé le leur disait, ou qui que ce soit d'autre.

La réalité, c'est que certains utilisaient l'argument qu'elles voteraient comme le curé leur dirait pour leur refuser ce droit, au prétexte que ce serait jeter la République dans les bras de l'Église.

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Étonnant, vous contestez aussi ce qu’à realisé Bourguiba dans ce cas? Je vous que vous critiquez Ataturk, alors pourquoi pas aussi Sadate et Bourguiba n’est ce pas? 

Non, ce n,est pas un testament mais une donation , étant marié à une marocaine je connais bien le probleme....

Il faut l’egalite. Point barre. L’islam aurait il ses jésuites?

Comment pouvait-elles voter comme le curé sans avoir de droit de vote ?
Ce commentaire a été dépublié par son auteur.
Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Cher Oussama

  1. Je suis un homme et je porte le nom de mon père.
  2. Mon épouse a gardé son nom de famille.
  3. Vous avez déjà voyagé en France ?

" Il faut l’egalite. Point barre. "

C'est aux premier(e)s concerné(e)s d'en décider. et pas à des dictateurs ou des états occidentaux. Point barre.

Je dois surement débarquer, mais pourquoi à chaque fois que Lancêtre écrit un commentaire fort pertinent comme ce cernier,  beaucoup de lecteurs se sentent obligés de nuancer leur enthousiasme par un rappel de leur désapprobation habituelle???? 

Justement, légiférer est impératif. Il ne faut pas attendre une évolution des mentalités qui ne viendra JAMAIS! N'oublions pas que le leitmotiv qui revient le plus dans les conversations dans les pays du Maghreb est "c'est comme ça",  cette remarque pouvant concerner le constat accablant d'un abus ou injustice évitable.

Mais ELLES sont nombreuses à le garder, et si votre commentaire n'est pas du 10ème degré, alors ce que vous projetez de votre état d'esprit dans votre propos est indigne. Non ! le père est  un géniteur,pas un propriétaire, l'époux n'ont plus. Décidément la règle qui veut que dans un jugement sur l'autre on parle de soi est plus que jamais vérifiée ici!!!

Vous plaisantez?

Il parle des choses qui croit ou prétend connaître !Je suppose qu'au Maroc elle a le droit de garder son nom de famille le reste on en parle pas !

Vous avez juste oublié : c'est aussi avec une loi que les femmes mariées ont eu le droit d'avoir un compte et de gérer leur argent sans avoir à demander l'autorisation du mari.

C'est vraiment triste pour toutes les femmes de ces pays "inspirés" par le Coran.

Et pourtant, la République est encore bien attentive aux dictat de l'église pour l'euthanasie, les repas dans les cantines, le gestation pour autrui, le respect de la laicité.

Bonsoir 

C’est une bonne réponse. La polarisation hommes/femmes, islamiste/laïque est une vieille potion périmée pour réformer un système pourri profondément.

Une muleta, une fois de plus. 

Cet article fait le jeu de Sebssi et sa clique comme MBS et la sienne qui ne nous trompe sur un maquillage de façade du régime, sur fond de droit de conduire des femmes et j’en passe, et la profonde dictature sanguinaire qui est le cœur du système.

Cet article se trompe, nous trompe et trompe les tunisiens. Ça suffit la démocratie a coup de bombes version U.S! La réforme ne se commande pas. Et citez les pourris du RCD, c’est assez marrant, les mêmes qui ont béni la dictature algérienne des années 90 et ont dû sans sur les mains. Et ce n’est qu’un exemple dans cet article partiel (sur la connaissance des règles de l’héritage dans la culture musulmane) partial et finalement très peu instructif. 

Plus précisément l'abolition de l'esclavage et le suffrage universel masculin ne furent pas des lois mais des décrets, non de la seconde république mais de son gouvernement provisoire qui ne s'est pas un instant interrogé sur sa légitimité. Et si la 3ème République n'a pas instauré le suffrage universel féminin, c'est que l'école républicaine n'avait pas encore eu le temps d'arracher les filles aux griffes cléricales.

Donc l'abolition de l'esclavage et le suffrage universel ont été décidés sans question sur leur légitimité mais un décret n'aurait pas permis aux femmes de voter parce que l'Eglise ?

Votre propos est incohérent.

Le Président tunisien est une personne d'une rare intelligence.

Courageux, j'espère qu'il ira jusqu'au bout.

Éspèrons -le il a promis beaucoup !

Je vois un peu la Tunisie comme "un laboratoire" de réformes et de changements sociétaux dont a si besoin le monde arabe ...

D'après ce que je me souviens d'avoir lu, le Coran était en avance sur son époque sur le statut de la femme (héritage, polygamie,etc.). C'est un argument de certains musulmans progressistes pour considérer que la fidélité réelle à l'Islam supposerait de rester en avance aujourd'hui.

Malheureusement, cette interprétation angélique ne peut tenir aux yeux des musulmans qui croient toujours fermement que le Coran est la Parole même de Dieu et non un texte inspiré sujet à interprétation. Or, cette croyance est à l'Islam ce que celle en la résurrection du Christ est au christianisme, et il est difficile de qualifier les musulmans qui la partagent de fondamentalistes.

L'évolution sur le sujet de l'héritage des femmes comme sur tout autre sujet où la loi Coranique est claire (ce n'est pas le cas de bien d'autres sujets tels que le voile) restera donc presque impossible tant que l'Islam ne voudra pas reconnaître le fait que le Coran est à l'évidence oeuvre humaine (inspirée ou non par Dieu) et que le dogme du "Coran incréé existant de toute éternité en pure langue arabe" est un beau mirage.

Si nos Amis Musulmans Progressistes pensent que le Coran doit toujours être le Phare de l'Humanité, de l'Intelligence, du Pouvoir Social, de la Défense du Bien commun et qu'il faut rédiger un autre Texte dans ce même Esprit, alors je déclare immédiatement que je suis musulman. D'ailleurs si nos Amis musulmans ont la soluce, tout le monde devrait être musulman et parler l'arabe. Très belle langue, surtout dans le Maghreb. En plus ça nous libèrerait de Total, du pétrole, des saoudiens, des papistes, de macron et du crétin en diesel (1)...

Vite, alors !

(1) l'espèce "clé" de "voûte", enfin si on peut dire, de la Planète...

)Dans le Maghreb peu de monde parle l'arabe classique.... tu ferais mieux de te concentrer sur le darija et un peu de tamazigth pour la montagne chez les berbères à Casa on s’en sort super avec le francais et si un français se met à baragouiner en arabe on lui de repond de suite en français (expérience  personnelle)

L'opposition entre "arabes", envahisseurs cruels et esclavagistes, et Berbères, Puniques etc, cad les Peuples historiques est quasi millénaire, c'est clair. La langue française mâtinée de Berbère est peut-être une langue de résistance très ancienne au Maghreb ? Peut-être ? Dans les cas ultimes ? A certaines époques ?  wink

La situation que tu décris est un peu différente: le marchand de Casablanca à qui le touriste cherche à démontrer qu'il fait un effort pour parler indigène devant le portable, ça fera rire la famille lors d'un prochain week-end ou sur le blog, lui répond qu'il parle parfaitement le français de belleville ? Ben oui. C'est normal: il a peut-être vécu trente ans à Belleville. Clair, je cherche à me mettre à la place des personnes...

Mais Charles parle de l'Arabe Classique , que les Magrébiens dans leur majorité parlent la dérija ne change rien !

C'est l'éternel combat entre interprétation littérale et interprétation contextuelle, interprétation statique et interprétation dynamique. Je crois que la paresse intellectuelle joue en faveur de l'interprétation littérale, laquelle n'exige ni réflexion sur le contexte, ni connaissance de l'histoire, et notamment de l'histoire ante-islamique, et, surtout, déclare que le temps de l'interprétation est terminé, évacuant toute nouvelle critique (au sens noble du terme).

"interprétation contextuelle"??? expliquez moi de quel droit et en fonction de quels critères vous ajoutez un "oui, mais..." à la parole d'Allah (le Coran)? 

« Si la loi a connu des changements, la société est encore empreinte de conservatisme et le politique ne s’y attaque pas. » Cela veut dire quoi que les élites savent mieux que le peuple ?

En fait dans un pays arabo musulman faire sauter la loi coranique sur l’heritage c’est faire sauter un verrou colossal, c’est le début de la séparation de l’etat Et de l’islam ,pour nous c,est une évidence mais pour les musulmans c’est plus qu’ une révolution de premier ordre, possible en Tunisie, difficile en Algérie,...un rêve au Maroc!

Cher Lebichon : À chaque fois qu'il y a eu un coup d'état dans les pays arabes , la radio cesse d'émettre ses émissions normales ,on  commence par réciter le Coran , on coupe l'herhe sous les pieds des opposants , Saddam Hussein qui après avoir annexé le Koweit a rajouté au drapeau irakien "Qu'il n'y a pas de dieu qu'Allah "Tous les chefs d'états musulmans ont abusé du Coran ! On a toujours passé outre ces fameuses constitutions , on les a maltraîtées et on continue de le faire !

Donc, l'islam est compatible avec le -Veme siècle, et n'est pas compatible avec des valeurs républicaines modernes sans renier une partie du Coran. Bonne chance avec vos contorsions qui qui ont l'aspect et l'odeur de tolérance mal placée.

Non ta règle est fausse, c’est un homme herite deux fois plus qu’une femme....et il y a les veuves...je crois 1/6..et si il n’y a pas de garçon , les oncles rentrent dans la danse...

je recommande ++++  votre commentaire particulièrement pertinent!

Quand le prophète Mohamed prêchait l'Islam  , la prière était primordiale et c'est le Muezzin qui appelle à la prière , à l'époque  il n'y avait pas de montres ! Aujourd'hui tout le monde connait les heures de prières ! En somme le pratiquant  n'a pas besoin d'attendre l'appel du Muezzin  c'est tout à fait stupide ! Cette fameuse ciconcision ainsi que l'interdiction de consommation de la viande de porc , le prophète les a empreintés du Judaïsme !Autant que je sache la fille hérite la moitié , parce que elle se marie et on veut pas qu'un étranger bénéficie à cent pour cent de l'héritage de sa femme !Le Coran est le rempart des bigots  dont ils abusent !

«Les religieux, partout, toujours, se sont constamment opposés au progrès, et à la liberté.»

«Le Coran est le rempart des bigots dont ils abusent !» Et les bigots religieux ont des arguments vraiment coupants !

Je fréquente quelques musulmans, ils sont vraiment gentils, ils voudraient bien s'intégrer un peu, etc… mais ils n'osent pas, c'est pas eux qui décident; et celui qui décide ? Ça dépend d'où on est ? Sûr qu'en terre musulmanes c'est l'oncle, le grand frère, le voisin, l'immam… En France c'est un peu plus compliqué, alors la République a fait appel à des immams d'Algérie et d'Arabie saoudite…

Ceux qui ne s'intègent pas sont faibles , parce qu'ils ne connaissent pas leur religion , que d'ailleurs le prophète conseillait aux musulmans de s'intégrer ,ou  qu'ils soient des illétrés ils gobent tout ce qu'on leur raconte . En principe un Imam c'est celui qui dirige la prière et rien d'autres , il n'y a pas mal d'Imams qui sont des charlatans !

Ouais...!,,, relit bien s’il te plait la sourate 9, une des dernières révélée à Medine et qui annule donc celles de la Mecque, bien sûr les versets 5 et 29 suffisent si tu manques de temps....l’integration  ce E n’etait Pas le dada du prophète...

Respecter les normes du pays c'est aussi s'intégrer !

Dans le Coran il y a la Wassiya, c'est à dire le testament, par conséquent, il y a moyen de traiter également ses enfants. sauf que les faqihs ont inventé un hadith disant: pas de testament pour les héritiers لا وصية لوارث, afin de perpétuer le partage inégal. Cela dit, avant les lois actuelles qui traitent également les héritiers, toutes les règles de l'héritage dans tous les pays étaient inégalitaires, afin de préserver le patrimoine familiale.

Donc c,est bien ce que je disais, le testament en islam n’existe pas, cependant  de son vivant un musulman peut donner un tiers de sa fortune à l,un de ses enfants...il s’agit donc d’une donation...à vérifier!

La succession est une affaire complexe dans le droit musulman. Elle obéit à plusieurs principes dont le premier est l'égalité entre les héritiers. 

Il y a des cas où les femmes héritent les mêmes parts que les hommes et des cas où les femmes héritent plus que les hommes.

Le partage fait par le coran, sourate4 (les femmes), est juste envers les hommes et les femmes. Une héritière marocaine reçoit plus qu'une héritière en France ou en Angleterre. 

C'est Allah qui a fait le partage de l'héritage. Il est plus juste et plus soucieux de l'intérêt de l'humanité que Nida Tounes. Ceci étant, il est fort probable que les pratiques ne suivent pas le texte. Dans ce cas ce n'est pas la règle qui pose problème mais son application.

Les politiques s'attaquent à des sujets très techniques pour des besoins de propagande. L'intérêt de la femme et de la société est le dernier de leurs soucis.

Effectivement, dans certains cas l'héritage des deux sexes du même rang est égalitaire, parfois la femme hérite mais pas l'homme, etc

Quand un principe est injustifiable, on dit "c'est complexe", et on balance deux ou trois contre-exemples.

Des cas ou les femmes héritent plus que les hommes!,

tu as trop fume! 

Moi je lis  « au fils, une part équivalente à celle de deux filles. »

cela ne me choque pas venant d’une société archaïque et pastorale, maintenant nous sommes au XXI siècle et dans un monde industriel loin des bergers et chameliers...

Et puis se référer à Allah qui est juste une croyance de ceux qui y croient est un argument faible. Moi je crois qu’il n’existe pas et qu’il n’est qu’une référence culturelle, intéressante certes, mais pas au point de décider des lois.

"C'est Allah qui a fait le partage de l'héritage"

Désolée, mais quand je lis ceci, je me dis que c'est pas gagné pour les femmes ! Incompréhensible pour moi qu'on puisse encore écrire cela au 21ème siècle!!!

Pour moi, cette phrase décrédibilise vos propos.

Et bien nous voilà renseigné , que si les femmes exigent l'égalité dans l'héritage , elles seront obligées d'aller la chercher dans la boîte aux lettres , si par hasard le Bon Dieu a eu pitié d'elles !

Si ça existe

Mediapart nettement + lucide sur ce qu’il se passe au Maghreb qu’en Occident.
Ce commentaire a été dépublié par son auteur.
  • Nouveau
  • 14/10/2018 22:38
  • Par

Tiens, personne ne parle de Todd et de sa vision des systèmes familiaux ? En gros, en montant le niveau d'éducation, c'est fatal que le patriarcat dézingue. Sauf qu'il met le temps.

Sur le même sujet : A ce que me dit un collègue tunisien, la réussite professionnelle des jeunes femmes tunisiennes dans tous les boulots demandant un investissement scolaire est impressionnante.

Le mauvais côté de l'héritage facile, c'est que tu ne vas quand même pas t'abaisser si tu est un mec à travailler dans des trucs bas de gamme si tu sais qu'un jour prochain, tu auras ton pécule (maison ou champ).

Je caricature, mais la réticence des jeunes hommes à rentrer dans le cadre scolaire en raison de la pression sociale contraire semble important dans la Tunisie des années 2010.

  • Nouveau
  • 15/10/2018 05:55
  • Par

Il faut que le Coran soit lu comme un texte du passé destiné à des bergers ou éleveurs de chameaux imprégnés d’arianisme et de judaïsme. Son message doit être interprété au vu et au su des connaissances et du mode de vie actuels. Les autres religions monothéistes ont fait ça. Encore un effort... et bravo au président tunisien.

  • Nouveau
  • 15/10/2018 10:00
  • Par

Les choses se mettront en place inexorablement , c'est la façon de s'y prendre  qui déterminera les événements ......

Concernant l'Algérie et son code de la famille (aussi appelé code de l'infamie) établi en 1984, un article à lire. C'est pourquoi beaucoup de femmes d'origine algérienne ayant acquis la nationalité française préfèrent ne pas réclamer la double nationalité puisqu'elles risqueraient de se retrouver sous le coup de ce code à un moment ou à un autre...

  • Nouveau
  • 15/10/2018 13:24
  • Par
Merci LANCETRE
  • Nouveau
  • 15/10/2018 14:12
  • Par

il faut comprendre la différence... pour le Maghreb, si on ne peut plus traiter une femme comme du bétail, où va-t-on ?

Une fois de plus, ici comme ailleurs, la religion qui est une prison pour l'esprit et un frein pour la science, est à la pointe de la réaction aux évolutions.

Seuls des esprits libres sont capables d'imposer une véritable égalité.

Un pays qui ne respecte pas la charte qu'il a lui-même signé devrait être expulsé des Nations Unies.

Mais nul part mon vieux ! On a affaire à des gens qui brandissent le Coran à chaque  fois qu'on veut réformer , ils savent bien qu'on dépouille la femme , mais ce n'est pas  leur faute , c'est le Coran qui les empêche de lui donner satisfaction !Vous me direz les privilégiés n'ont jamais cédé leur privilèges , ces pauvres femmes ne sont pas encore sorties de l'auberge !

à ma pitre connaissance, la part de l'héritage accordée aux femmes dans le Coran était censée améliorer une situation précédente où les filles n'héritaient rien de tout de leur père, et où les nouvelles-nées étaient souvent trucidées  (voir les études de Germaine Tillion sur les femmes de l'Aurès , où cette partie de la doctrine coranique était refusée....)  . Donc aucune raison religieuse pour ne pas "moderniser" la loi dans le sens de l'esprit original du texte coranique ..... améliorer la situation des femmes....

En France, on amis du temps pour se débarrasser des curés, mais on y est à peu près arrivé.

Dans les pays musulmans, l'obscurantisme clérical est tel, la bigoterie populaire est telle que l'archaïsme de ces sociétés n'est pas prêt de disparaître.

Toutes les religions maintiennent la femme dans un état inférieur. Les curés, qu'ils soient chrétiens, musulmans ou bouddhistes sont vraiment la pire des engeances.

Je suis content que la Tunisie franchisse le pas. Dans les discutions ils ne faut pas oublier que le texte actuel contraignait également les familles  non-musulmanes de Tunisie à des circonvolutions... 

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale