Suède: Kristersson renonce à former un gouvernement de centre-droit

Par
Le chef de file des Modérés, principale composante de l'Alliance de centre-droit au Parlement suédois, a annoncé dimanche avoir renoncé "pour le moment" à essayer de former un gouvernement.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

STOCKHOLM (Reuters) - Le chef de file des Modérés, principale composante de l'Alliance de centre-droit au Parlement suédois, a annoncé dimanche avoir renoncé "pour le moment" à essayer de former un gouvernement.

Ulf Kristersson avait été chargé de former un gouvernement au début du mois après des élections législatives qui ont débouché, le 9 septembre, sur un parlement bloqué, avec 144 sièges sur 349 pour les sociaux-démocrates (centre-gauche), soit un de plus que l'Alliance de centre-droit.

Confronté au refus des autres membres de l'Alliance de transiger avec les Démocrates suédois, un parti d'extrême droite qui a obtenu 62 sièges et se trouve en position d'arbitre, le chef de file des Modérés leur avait proposé vendredi de soutenir un cabinet minoritaire formé par ses soins.

Mais cette proposition a été rejetée samedi par deux des trois autres partis de centre-droit, les Libéraux et le Parti du centre.

Ulf Kristersson a donc préféré jeter l'éponge.

"J'ai fait tout ce que je pouvais, pour le moment", a déclaré le dirigeant des Modérés. "Je suis toujours prêt à être Premier ministre et à diriger un gouvernement de l'Alliance", a-t-il toutefois ajouté.

Le chef de file des Sociaux-Démocrates, Stefan Lofven, devrait se voir confier à son tour la tâche de former un gouvernement. S'il échoue, Ulf Kristersson pourrait avoir une seconde chance avant que ne soit convoquées des élections anticipées.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale