En Tunisie, un état d'urgence à n'en plus finir

Par

Alors que Manuel Valls vient d’annoncer que l’état d’urgence serait certainement prolongé en France, un lecteur du site « lundimatin » raconte comme ce dispositif fonctionne à plein régime de l’autre côté de la Méditerranée, depuis le soulèvement de 2011.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis le 14 janvier 2011, date du départ de Ben Ali, la Tunisie a connu en tout et pour tout 551 jours sans état d’urgence (en majeure partie entre mars 2014 et juillet 2015), peut-on lire sur le site « lundi matin ». Son instauration, son prolongement ou ses quelques suspensions n’en finissent plus, dessinant un mode de gouvernement en perpétuelle variation. Sa durée initiale avait été fixée à trente jours, mais elle se voit largement prolongée chaque fois que l’État en ressent le besoin. À la différence d’autres situations dans le monde, où le terrorisme est le principal mobile pour mettre en place des mesures dites exceptionnelles avant de voir ces mesures être appliquées dans bien d’autres champs, le cas tunisien, estime l'auteur de ce texte, montre que c’est d’abord l’instabilité sociale et politique qui est visée. Le terrorisme est ensuite mobilisé comme argument pour sa prolongation infinie.