L’Inde, pays privé de papier monnaie

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bombay (Inde), de notre correspondant.-  Nandita, 51 ans, est femme de ménage à Bombay. Elle vit à Mira Road, l'un des derniers faubourgs au nord de la mégapole. Chaque matin, elle se lève à 4 h 30 pour ranger sa maison et préparer le déjeuner de son mari, avant de courir attraper un rickshaw qui la conduit à la gare, où elle grimpe dans le train de 7 h 30 afin de gagner l'extrême sud de l'agglomération, à 70 kilomètres de là. Après deux heures de trajet, bringuebalée dans un wagon archi bondé, elle doit encore prendre un bus, pour arriver vers 10 heures chez ses employeurs. Le soir, c'est la même histoire en sens inverse. Ce n'est que vers 21 heures qu'elle regagne son toit, juste à temps pour préparer le dîner familial. Deux semaines de congé par an, un salaire mensuel de 20 000 roupies (273 euros)… Nandita n'a pas une vie de rêve et, depuis une semaine, son quotidien tourne au cauchemar.