Britanniques et Européens, envers et contre tous

Par

Ils sont les orphelins du Remain. Ces Britanniques favorables au maintien dans l'UE se sentent abandonnés par leur classe politique, qui semble résignée à un « Brexit dur ». Mais ils n'ont pas dit leur dernier mot. Ils créent des collectifs, lancent des actions judiciaires, appellent à des rassemblements.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Londres (Royaume-Uni), de notre correspondante.– Le 24 juin au matin, en découvrant la victoire du Leave, Peter French a senti une immense colère l’envahir. Depuis, cette colère ne l’a pas quitté. Ce Londonien de 57 ans ne possède pas d’attaches familiales sur le continent. Il n’y a jamais résidé. Ce Britannique d’origine écossaise n’en vit pas moins la sortie annoncée du Royaume-Uni de l’Union européenne (UE) comme « une trahison ». L’idée que son pays, la patrie de Churchill, s’apprête à mettre fin à un partenariat vieux de plus de quatre décennies, avec l’assentiment désormais d’une vaste majorité de députés, lui est intolérable. « C’est stupéfiant. Désormais, nous sommes la véritable opposition », conclut Peter, aussi amer qu’incrédule.