International Lien

Des images de «la mère des bombes»

Washington a dévoilé des images de la bombe larguée sur des combattants islamistes en Afghanistan jeudi. La bombe à effet de souffle massif (MOAB), aussi surnommée « la mère de toutes les bombes » par les Américains, a été larguée, jeudi, dans l’est de l’Afghanistan, sur un réseau de tunnels et de grottes utilisé par le groupe État islamique, dans une zone isolée.

La rédaction de Mediapart

15 avril 2017 à 17h53

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

PDF

C’est la première fois que cette bombe de 9,8 tonnes, d’une puissance explosive comparable à 11 tonnes de TNT, était utilisée au combat. Le groupe djihadiste État islamique affirme n’avoir subi aucune perte lors de l’opération. La bombe aurait tué au moins 36 combattants, selon le gouvernement afghan, voire 90, selon les autorités locales. D’après les témoins, l’explosion a résonné à des kilomètres à la ronde. Une source proche des insurgés afghans a indiqué, sous couvert de l’anonymat, que des habitants avaient senti le sol bouger, « comme lors d’un tremblement de terre », et que certains s’étaient évanouis en raison de la puissance du souffle.

Lire la suite sur le site Franceinfo.

La rédaction de Mediapart


19 commentaires

Aujourd’hui sur Mediapart

Voir la Une du Journal

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
À l'air libre
par Berenice Gabriel et Célia Mebroukine
Grand entretien
par Justine Brabant
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne