Salvini attaque les règles budgétaires de l'UE, Tria tempère

Par
Les règles budgétaires de l'Union européenne affament l'Europe et doivent être modifiées, a déclaré mercredi Matteo Salvini, le vice-président du Conseil italien et dirigeant de la Ligue d'extrême droite, à l'occasion d'une nouvelle charge contre Bruxelles.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

ROME (Reuters) - Les règles budgétaires de l'Union européenne affament l'Europe et doivent être modifiées, a déclaré mercredi Matteo Salvini, le vice-président du Conseil italien et dirigeant de la Ligue d'extrême droite, à l'occasion d'une nouvelle charge contre Bruxelles.

"S'il y a des règles européennes qui affament un continent, ces règles doivent être changées", a-t-il dit à la presse en marge d'une conférence. "Revoir le carcan des obligations européennes (...) n'est pas un droit mais un devoir."

Salvini avait déjà agité les marchés financiers internationaux mardi en affirmant que le gouvernement était prêt à enfreindre les règles budgétaires de l'UE sur les déficits et la dette si cela était nécessaire pour soutenir l'emploi.

Il a affirmé mercredi qu'il n'était "absolument pas préoccupé" de voir ses propos creuser l'écart de rendement entre les emprunts d'Etat italiens et le Bund allemand, référence de la zone euro.

Le rendement des obligations à 10 ans a poursuivi sa hausse après ces nouvelles déclarations pour s'établir à 2,807%, son plus haut niveau depuis le 25 février.

Il a toutefois reflué par la suite en réaction aux propos de Giovanni Tria, le ministre de l'Economie, assurant que Rome s'efforce de respecter ses engagements budgétaires.

"Les turbulences sur les marchés (...) sont injustifiées (...) mais compréhensibles avant cette importante élection européenne", a dit Giovanni Tria dans un communiqué en référence au scrutin du 26 mai.

"Injustifiées parce que les objectifs budgétaires du gouvernement sont ceux proposés par le gouvernement lui-même", a-t-il ajouté en assurant que le gouvernement "travaille à atteindre ces objectifs tout en soutenant la croissance et l'emploi".

Le rendement des obligations d'Etat italiennes à dix ans était revenu à 2,741% vers 14h50 GMT.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale