Un Israélien crache sur l'ambassadeur de Pologne à Tel Aviv

Par
Un Israélien de 65 ans a craché sur l'ambassadeur de Pologne mardi à Tel Aviv, un incident condamné par le gouvernement de Varsovie, qui entretient des relations tendues avec l'Etat hébreu.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

VARSOVIE (Reuters) - Un Israélien de 65 ans a craché sur l'ambassadeur de Pologne mardi à Tel Aviv, un incident condamné par le gouvernement de Varsovie, qui entretient des relations tendues avec l'Etat hébreu.

Selon la police, l'homme a craché sur le diplomate alors que ce dernier était assis dans sa voiture.

Le suspect, un architecte, a été arrêté, a annoncé la police. Il a été présenté mercredi à un juge qui a ordonné son placement en résidence surveillée jusqu'à la fin de l'enquête, a indiqué son avocat.

L'ambassadrice d'Israël en Pologne, Anna Azari, a été convoquée au ministère polonais des Affaires étrangères.

"Je suis très préoccupé d'apprendre qu'il y a eu une attaque raciste contre (Marek Magierowski)", a déclaré sur Twitter le Premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki.

"La Pologne condamne fermement cet acte d'agression xénophobe. La violence contre les diplomates ou tout autre ressortissant ne saurait être tolérée", a-t-il ajouté.

Les relations entre Israël et la Pologne se sont détériorées ces derniers mois, le gouvernement conservateur et nationaliste polonais étant accusé par Israël de tolérer un regain d'antisémitisme dans le pays, ce qu'il dément.

Des centaines de militants d'extrême droite ont défilé samedi à Varsovie pour protester contre une loi américaine ordonnant la restitution des biens juifs confisqués pendant ou après la Seconde Guerre mondiale.

Le gouvernement polonais affirme que la Pologne a été une victime de la Seconde Guerre mondiale et n'est redevable d'aucune obligation financière.

Selon son avocat, l'homme accusé d'avoir craché sur l'ambassadeur venait d'être refoulé de l'ambassade après avoir tenté d'obtenir des renseignements sur la restitution des biens juifs.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale