A Hong Kong, l’opposition remporte une première victoire

Par Margot Clément

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Hong Kong, correspondance.– Un million de personnes dans les rues dimanche dernier n’avaient pas fait bouger d’un iota la cheffe de l’exécutif de Hong Kong. Mais le choc créé par les violences de la manifestation de mercredi, inédites depuis la rétrocession en 1997, ont finalement poussé Carrie Lam à céder. Elle vient d’annoncer la suspension de son projet de loi controversé qui visait à autoriser les extraditions vers la Chine. Un « recul mais pas une victoire », selon une frange de la jeunesse qui a été aux premières lignes de la contestation inédite, et qui sait son identité menacée et ses libertés condamnées face à l’autoritarisme de Pékin.