Leïla Chahid: une paix syro-israélienne ne réglera pas tout

Par

Dans un entretien à Mediapart, la déléguée générale de Palestine auprès de l'Union européenne commente la nouvelle posture affichée par le président syrien Bachar al-Assad. Damas discute de longue date avec Tel-Aviv de la restitution du plateau du Golan, rappelle-t-elle. Seule manque la volonté politique, ajoute-t-elle, précisant que la paix dans la région ne pourra se faire sans règlement de la question palestinienne.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«La Syrie est partie intégrante de la solution des questions du Proche-Orient. Tout pays qui souhaite régler les problèmes du Proche-Orient doit parler avec la Syrie.» Interrogé sur France 2, le président syrien Bachar al-Assad a clairement marqué l'ambition de sortir son pays de l'isolement où le maintenaient ses bonnes relations avec Téhéran et avec le Hezbollah au Liban. Mieux, il a eu dimanche 13 juillet des discussions indirectes avec le premier ministre israélien Ehud Olmert, par l'intermédiaire du premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan.