Akihito exprime des regrets, Abe présente une offrande à Yasukuni

Par
Pour sa dernière apparition en tant qu'empereur à la cérémonie annuelle commémorant la reddition du Japon, Akihito a exprimé mercredi ses regrets pour la Seconde Guerre mondiale tandis que le Premier ministre Shinzo Abe promettait que les horreurs de la guerre ne se reproduiraient plus.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

TOKYO (Reuters) - Pour sa dernière apparition en tant qu'empereur à la cérémonie annuelle commémorant la reddition du Japon, Akihito a exprimé mercredi ses regrets pour la Seconde Guerre mondiale tandis que le Premier ministre Shinzo Abe promettait que les horreurs de la guerre ne se reproduiraient plus.

Âgé de 84 ans, Akihito abdiquera l'année prochaine et il s'est efforcé trois décennies durant de défendre la paix, la démocratie et la réconciliation.

"En pensant aux temps paisibles qui se sont écoulés des années durant après la guerre, en réfléchissant à notre passé et en ressentant de profonds regrets, j'espère que les ravages de la guerre ne se réitéreront pas", a déclaré le monarque.

Ces propos rappellent ceux qu'il avait prononcés lors des commémorations du 70e anniversaire de la reddition japonaise et que beaucoup de parlementaires libéraux ou conservateurs modérés avaient alors analysés comme une subtile critiques des déclarations de Shinzo Abe qui estimait que le Japon n'avait pas à s'excuser éternellement.

Mercredi, le Premier ministre a une nouvelle fois effectué une offrande rituelle au sanctuaire controversé de Yasukuni, où est célébrée la mémoire des combattants japonais tombés lors des guerres.

La Chine et les deux Corées considèrent ce lieu comme un symbole de l'expansionnisme japonais dans la première moitié du XXe siècle, ce site étant notamment dédié à la mémoire de 14 personnes qui furent déclarées "criminels de guerre de classe A" par le tribunal allié après 1945.

Shinzo Abe y adresse une offrande rituelle tous les 15 août, jour anniversaire de l'allocution lors de laquelle l'empereur Hirohito a annoncé que le Japon renonçait au combat. Shinzo Abe en fait autant lors des deux fêtes annuelles qui lui sont consacrées.

Depuis son retour à la tête du gouvernement en 2012, il ne s'y est rendu lui-même qu'une seule fois, en 2013.

Comme en 2017, c'est Masahiko Shibayama, député du Parti libéral démocratique, dont Shinzo Abe est issu, qui s'est chargé de déposer l'offrande.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale