L’alliance argent-médias-pouvoir menace l’avenir de la Tunisie

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les trois soirées télévisées du week-end dernier, lors desquelles les candidats – sauf Nabil Karoui, en détention, et Slim Riahi, parti en France sous le coup d’un mandat d’arrêt – ont répondu aux questions des journalistes, illustrent l’acquis démocratique indiscutable de la Tunisie. Mais ce n’est que la partie lumineuse de l’histoire.