Hollande aime faire la guerre. En dix-huit mois, il a engagé la France dans deux conflits armés, au Mali et en Centrafrique, et il était prêt à le faire en Syrie. Il voulait « punir » Bachar al-Assad comme il voulait « détruire » les terroristes dans le Sahel. Il affiche sa « fermeté » sur l’Iran et assume son amitié avec Benjamin Nétanyahou. Le président français serait-il devenu néoconservateur ?